NOUVELLES
24/10/2012 06:10 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Tour de France 2013 - Les temps forts prévisibles

Dix étapes sur les 21 que comporte le Tour de France 2013 peuvent donner lieu à des temps forts de la course, parfois déterminants.

Ajaccio (2e étape): après une traversée en moyenne montagne, le final présente un petit "mur" dans Ajaccio pour rejoindre la route des îles Sanguinaires.

Nice (4e étape): le contre-la-montre par équipes se dispute sur 25 kilomètres dans Nice. Mais les premiers écarts sont à prévoir pour les formations les moins bien armées.

Ax-3 Domaines (8e étape): le nouveau géant des Pyrénées, le port de Pailhères, précède la montée finale vers la station d'Ax. Un enchaînement quasi-idéal.

Bagnères-de-Bigorre (9e étape): cinq cols pour franchir les Pyrénées à saute-mouton. Le dernier sommet, toutefois, est distant de 30 kilomètres de l'arrivée.

Mont-Saint-Michel (11e étape): avantage aux rouleurs. Le parcours normand, plat, privilégie les coureurs les plus puissants jusqu'à la "merveille de l'Occident".

Mont Ventoux (15e étape): la plus longue étape (242 km) du Tour 2013 se conclut par l'interminable ascension du Géant de Provence, par le versant de Bédoin. Un mythe du Tour.

Chorges (17e étape): à l'entrée des Alpes, deux montées et deux descentes acrobatiques pour un "chrono" très accidenté au-dessus des eaux du lac de Serre-Ponçon. De la plus haute importance.

Alpe d'Huez (18e étape): la boucle finale de 54 kilomètres prévoit deux ascensions de l'Alpe d'Huez entrecoupée d'une descente impressionnante. L'étape-choc.

Le Grand-Bornand (19e étape): deux grands cols pour commencer, trois autres sensiblement moins longs pour finir. La distance et la fatigue de fin de course devraient peser.

Annecy-Semnoz (20e étape): à la veille de l'arrivée, les deux derniers cols du Tour. Le terrain se prête aux manoeuvres collectives avant l'ascension finale, inédite.

jm/ol/jgu