NOUVELLES
24/10/2012 09:50 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Raids aériens et combats dans le nord syrien, plus de 60 morts (ONG)

L'aviation syrienne a mené mercredi des raids dans le nord du pays, où rebelles et soldats s'affrontent pour le contrôle d'une importante base militaire, alors que plus de 20 personnes ont été tuées à l'aube à Douma, près de Damas, selon une ONG syrienne.

Au moins 63 personnes --43 civils dont des enfants, 13 soldats, 7 rebelles-- ont péri dans les violences à travers le pays, selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le médiateur international pour la Syrie Lakhdar Brahimi a annoncé mercredi au Caire avoir obtenu l'accord du régime du président Bachar al-Assad et de responsables rebelles sur une trêve pour l'Aïd al-Adha, du 26 au 29 octobre.

Les deux belligérants ont toutefois nuancé cette annonce, le régime affirmant qu'il prendrait sa "décision finale" jeudi, tandis que les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) ont dit qu'ils ne se plieraient à la trêve que si les troupes de Bachar al-Assad cessaient en premier les hostilités.

Sur le terrain, tôt le matin, les avions de combat du régime ont mené un premier raid sur le village de Maar Chemcha et sur Maaret al-Noomane dans la province d'Idleb, a rapporté l'OSDH, en faisant état d'"énormes colonnes de fumée" au-dessus de la région après le largage de trois bombes.

Dans la même province, sept civils ont été tués par un obus largué par un chasseur-bombardier sur la localité Kafrouma, et huit bombes ont visé le village de Maar Chmarin, alors que de fortes explosions résonnaient à Maaret al-Noomane et dans les localités alentour, a précisé l'OSDH.

Au sol, de violents combats opposaient insurgés et troupes régulières aux abords de la base de Wadi Deif, la plus importante de la région où sont entreposés armes, munitions et carburant.

Après avoir lancé le 18 octobre une vaste offensive sur cette position militaire, les insurgés de l'ASL et du Front al-Nosra, selon l'OSDH, sont repartis mercredi à l'assaut de la base.

Plus au nord, l'armée de l'air a bombardé plusieurs quartiers d'Alep.

Egalement dans le nord du pays, dans la province de Raqqa, onze soldats ont été tués à des barrages dans des attaques menées par les rebelles, a précisé l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau de militants et de médecins sur le terrain.

Par ailleurs, 20 corps, dont ceux de quatre enfants et huit femmes, ont été retrouvés à Douma, près de Damas, des militants affirmant que les forces du régime les ont tués à l'aube dans cette localité rebelle, selon l'OSDH.

L'agence officielle Sana a accusé "des groupes terroristes armés" d'avoir perpétré cette "tuerie", évoquant le "massacre de 25 personnes". Le ministère de l'Information a accusé "les terroristes" --terminologie qu'utilise le régime pour désigner les rebelles-- de commettre des massacres à chaque fois que le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit.

"Le silence de certains pays sur ces crimes, qui continuent d'héberger et d'armer les terroristes (montrent) qu'ils sont associés à ces crimes", a affirmé le ministère, cité par l'agence officielle Sana.

A Damas, des affrontements et des tirs de roquettes ont eu lieu dans le quartier de Qaboun. Des combats violents ont éclaté dans celui de Tadamoun alors que des obus étaient largués par le régime sur ce quartier, d'après l'OSDH.

L'aviation a en outre bombardé Erbine et Harasta où neuf personnes ont été tuées, dans la banlieue nord-est de Damas, les forces du régime tentant d'en prendre le contrôle.

Enfin, dans la province de Hama (centre), une femme et ses deux enfants de 12 et 14 ans ont péri dans des bombardements sur le village d'al-Hawach.

bur-sbh-rm/cco