NOUVELLES
24/10/2012 09:07 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Nouveau coup de frein de l'industrie de l'auto en Europe

La contraction de l'industrie de l'automobile en Europe pousse les constructeurs Ford et Peugeot-Citroën à accélérer leur restructuration. Ford fermera une usine en Belgique tandis que Peugeot-Citroën suspend ses dividendes pour trois ans.

En Belgique, c'est la consternation sur le site de l'usine d'assemblage de la ville de Genk, située en Flandre. Les 4300 travailleurs digèrent mal l'annonce de leur employeur, qui prévoit l'arrêt de la production d'ici la fin de 2014.

En ajoutant les sous-traitants et les fournisseurs, ce sont près de 10 000 travailleurs dont le gagne-pain est menacé par la fermeture de l'usine d'assemblage. Ford était jusqu'à maintenant le plus important employeur de la province du Limbourg en Belgique.

Le constructeur américain justifie sa décision par un problème de surcapacité de production. En moyenne, ses usines tournent à 50 % ou 60 % de leur capacité en Europe. Or le seuil de rentabilité de l'usine de Genk se situe autour de 80 %.

Ce plan permettra de « s'occuper des surcapacités de production liées à la baisse de plus de 20 % de la demande globale sur le marché automobile en Europe de l'Ouest depuis 2007 », justifie Ford dans un communiqué. Depuis un an, les ventes de Ford ont chuté de 14,9 % en Europe. Le constructeur s'attend à enregistrer des pertes de près d'un milliard de dollars sur le continent en 2012.

La production des modèles de voitures produits à Genk sera délocalisée vers l'usine espagnole de Valence.

Peugeot-Citroën à un creux boursier

Pendant que les employés de Ford protestent en Belgique, les actionnaires de Peugeot-Citroën s'affolent en France. L'action du constructeur est tombée à un creux en près de 27 ans à la bourse de Paris mardi matin, en recul de 7 %.

Après avoir annoncé le licenciement de 8000 employés le mois dernier, l'entreprise a confirmé mardi qu'il lui faudra l'aide du gouvernement pour émerger de ses problèmes financiers. Pour que Paris accepte de garantir 7 milliards de dollars de prêts de sa division bancaire, Peugeot-Citroën met une croix sur le versement de tout dividende pendant trois ans. L'entreprise a également concédé une place à son conseil d'administration à un représentant des salariés et à un représentant de l'État.

Selon la Commission européenne, l'Europe a une capacité de production de 15 à 17 millions de véhicules par an, mais 12,3 millions de voitures devraient être achetées en 2012.

Le commissaire chargé de l'industrie, Antonio Tajani, a annoncé en juillet qu'il devait présenter en octobre un plan d'action en faveur de l'automobile. Aucune annonce n'est toutefois prévue à ce sujet au cours des prochaines semaines.