NOUVELLES
24/10/2012 06:22 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

L'ouragan Sandy a frappé la Jamaïque et se dirige vers Cuba

L'ouragan Sandy a frappé mercredi la capitale de la Jamaïque, Kingston, où des centaines d'habitants se réfugiaient dans des centres d'hébergement d'urgence, a indiqué le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC) basé à Miami.

La Première ministre jamaïcaine Portia Simpson-Miller a interrompu une visite au Canada pour rentrer dans son pays avant que les aéroports internationaux ne ferment. La police a ordonné un couvre-feu de 48 heures dans les principales villes de l'île pour des raisons de sécurité et éviter d'éventuels pillages.

Sandy, une tempête tropicale devenue mercredi un ouragan de catégorie un sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a touché Kingston, qui abrite un million d'habitants, vers 19H00 GMT.

A 21H00 GMT, l'ouragan se trouvait à 40 km au nord-est de la capitale jamaïcaine et à 200 km de la ville cubaine de Guantanamo, vers laquelle il se dirigeait, selon le NHC, avec des vents soufflant à 130 km/h.

Il se déplaçait vers le nord/nord-est à une vitesse de 22 km/h, vitesse censée perdurer jusqu'à jeudi soir, quand il se dirigera vers les Bahamas où l'alerte a été déclenchée.

Sur la base militaire américaine de Guantanamo, le tribunal militaire a ajourné son audience mercredi dans l'affaire de l'attentat de l'USS Cole, à cause de l'ouragan Sandy qui approche et perturbe les retransmissions des audiences.

Les experts américains ont averti que l'ouragan pouvait provoquer des "inondations et des coulées de boue dangereuses pour les populations, en particulier dans les terrains montagneux".

La Défense civile cubaine avait adopté dès mardi ses premières mesures préventives. Très réactive face aux intempéries, elle a également recommandé de répertorier les personnes vivant dans des zones inondables et d'adopter "les mesures nécessaires dans les zones à risque".

Mercredi après-midi, entre 400 et 500 personnes se trouvaient dans des centres d'urgence à Kingston, a indiqué Ronald Jackson, chef des services d'urgence locaux, au journal Jamaica Observer.

sam-lor/mdm