NOUVELLES
24/10/2012 07:48 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Les rebelles syriens cesseront le feu si l'armée commence par le faire

Les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) respecteront la trêve à l'occasion de la fête musulmane d'al-Adha à condition que les troupes du régime cessent le feu en premier, a affirmé mercredi le général dissident Moustapha al-Cheikh.

"L'ASL cessera le feu si le régime en fait de même", a déclaré le chef du Conseil militaire supérieur de l'ASL, joint par l'AFP au télephone en Turquie où il est basé.

Cependant il a jugé peu probable que ce cessez-le-feu soit respecté par les troupes du président Bachar al-Assad. "Le régime a menti tant de fois. C'est impossible qu'il applique la trêve même s'il dit qu'il le fera".

Joint par Skype, un porte-patrole de la brigade Moustapha de l'ASL basée dans la Ghouta orientale, près de Damas, partageait ce scepticisme.

"Quelle trêve est possible alors que les massacre se suivent et que les martyrs se comptent par centaines?", a-t-il déclaré en refusant de donner son nom.

L'émissaire international Lakhdar Brahimi a annoncé mercredi au Caire avoir obtenu l'accord du régime et de responsables rebelles sur une trêve pour l'Aïd al-Adha, une des fêtes musulmanes les plus sacrées, à partir de vendredi alors que bombardements et combats se poursuivent sans répit.

A Damas, le ministère des Affaires étrangères a affirmé dans un bref communiqué que "la décision finale" sur un arrêt des hostilités serait "prise demain jeudi".

Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane s'est montré aussi dubitatif. "La seule raison pour laquelle le régime pourrait accepter ce cessez-le-feu c'est qu'il donnerait du temps à l'armée pour se reposer et se réorganiser", a-t-il estimé.

"Sur le terrain, une trêve est pratiquement impossible, notamment parce que des deux côtés, il y a des groupes qui n'obéissent à personne", a-t-il ajouté.

ser/sk/sbh