NOUVELLES
24/10/2012 12:30 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Les aveux de l'espion canadien Jeffrey Paul Delisle

On en sait maintenant un peu plus sur les motivations et les raisons qui ont poussé l'agent du renseignement de la Marine canadienne Jeffrey Paul Delisle à vendre des informations confidentielles aux Russes.

Radio-Canada a obtenu copie de la transcription intégrale de l'interrogatoire qui a été effectué le jour de l'arrestation de Jeffrey Paul Delisle, le 13 janvier dernier.

Après avoir nié les faits pendant plus d'une heure et demie, il raconte cette fameuse journée de l'année 2007 où il est entré dans l'ambassade de la Russie à Ottawa pour offrir ses services. Il explique alors que ce n'est pas pour l'argent qu'il a commis ce geste, mais plutôt parce qu'il se sentait comme un homme brisé, car il venait d'apprendre que sa femme le trompait.

« Je suis mort. Jeff Delisle est mort. Je ne pouvais quitter mes enfants, donc je me suis suicidé professionnellement », peut-on lire dans ces documents de cour d'une soixantaine de pages.

Selon lui, Moscou souhaitait connaître les informations détenues par les Forces canadiennes sur les agents de la Russie en Occident, ce qui inquiète certains experts.

« Pourquoi l'agence de renseignement russe est-elle intéressée par ce genre d'informations? Je crains qu'elles ne servent aux activités criminelles des Russes au Canada », affirme Ken Hansen, du Centre d'études des politiques internationales à l'Université Dalhousie.

Jeffrey Paul Delisle, 40 ans, travaillait dans un centre de renseignements et de communications de la marine à Halifax, où il était possible d'avoir accès aux informations confidentielles de pays membres de l'OTAN.

Deux accusations de transmission d'information à une entité étrangère ont été portées contre lui en vertu de la Loi sur la protection de l'information, en plus d'une accusation d'abus de confiance en vertu du Code criminel.

Le militaire canadien a reconnu sa culpabilité aux trois chefs d'accusation d'espionnage portés contre lui. Il connaîtra sa peine le 11 janvier prochain et pourrait recevoir une peine de prison à vie.