NOUVELLES
24/10/2012 06:00 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

L'Allemagne rend un hommage tardif aux Roms

Plus de 65 ans après l'Holocauste, la chancelière allemande, Angela Merkel, inaugure mercredi un monument à la mémoire des Roms et Sinti qui ont été victimes du nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale.

Situé près du parlement allemand à Berlin et conçu par l'artiste israélien Dani Karavan, ce mémorial a pour objectif de rappeler le passé, mais aussi de souligner la nécessité de protéger les Roms du 21e siècle de la haine et des préjugés.

« Nous espérons que les personnalités politiques et les visiteurs étrangers viendront voir ce lieu et se souviendront de l'urgence qu'il y a à prendre parti », a déclaré la présidente du Conseil allemand des Roms et Sinti, Romani Rose.

Le monument formé par un puits et des panneaux détaillant les persécutions nazies contre cette minorité se trouve près de ceux consacrés à la mémoire des Juifs et des homosexuels également persécutés par les nazis.

Entre 220 000 et 500 000 Roms ont été tués pendant la Deuxième Guerre mondiale dans les camps de la mort, mais il n'existe aucune estimation précise du nombre de victimes.

Ce n'est qu'en 1982 que l'Allemagne de l'Ouest a reconnu officiellement la Shoah et a commencé à indemniser Israël. Selon la Commission européenne, une importante partie des 12 millions de Roms subissent encore aujourd'hui de la discrimination dans plusieurs pays d'Europe. Et beaucoup d'entre eux vivent dans une extrême pauvreté.