NOUVELLES
24/10/2012 04:19 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Fuites à l'ONU: la Russie demande l'expulsion de journalistes

L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a demandé mercredi que l'ONU retire leur accréditation aux journalistes ayant diffusé des informations sur un débat à huis clos sur la Syrie au Conseil de sécurité, ont indiqué des diplomates.

M. Tchourkine a démenti avoir demandé explicitement cette expulsion mais a reconnu qu'il avait réclamé des mesures pour empêcher que des médias, dont l'AFP, diffusent ce type d'informations confidentielles.

Le compte-rendu donné mercredi au Conseil par le médiateur international Lakhdar Brahimi était à huis clos mais des diplomates en ont informé des journalistes, provoquant la colère de M. Tchourkine.

Celui-ci a d'abord demandé que l'ONU retire l'accréditation des journalistes concernés -- ce qui les empêcherait de couvrir les activités de l'ONU -- puis a réclamé des sanctions contre les diplomates à l'origine des fuites, ont indiqué de diplomates présents.

"Il était très en colère", a expliqué l'un d'eux. "C'était un peu agité", a ajouté un autre participant à la réunion.

Interrogé à ce propos, M. Tchourkine a démenti avoir demandé "spécifiquement" un retrait d'accréditation. Mais il a reconnu que les discussions avaient été houleuses à ce sujet. Ces fuites "sont néfastes et nous avons demandé au secrétariat général d'examiner l'affaire", a-t-il averti.

"Il s'agit d"une violation flagrante des règles de la profession et nous allons nous y opposer, s'il le faut en retirant leur accréditation ONU à ceux" qui s'en rendent coupables, a-t-il menacé.

L'ambassadeur a exigé que les journalistes respectent la "confidentialité" des réunions à huis clos du Conseil. "Je respecte la liberté de la presse et je pense que nous devons nous montrer ouverts mais la contrepartie inévitable est que les médias doivent respecter la confidentialité du travail du Conseil de sécurité", a-t-il affirmé.

tw/avz/rap