NOUVELLES
24/10/2012 08:26 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Conrad Black s'emporte et traite un journaliste d'idiot

L'ancien magnat canadien de la presse Conrad Black a déclaré qu'il ne voyait pas pourquoi il ne retournerait pas un jour siéger à la Chambre des lords au cours d'une entrevue corsée, diffusée sur le réseau de télévision britannique BBC.

M. Black a précisé qu'aucune règle ne prévoit l'exclusion des gens condamnés de la Chambre des lords. Il s'est d'ailleurs emporté contre le journaliste en le traitant d'« Anglais idiot et crédule ». Il s'est défendu d'être un criminel en blâmant la justice américaine pour sa condamnation criminelle.

Il a dénoncé le système judiciaire américain en soutenant qu'il avait été « faussement accusé » et « faussement condamné ».

M. Black s'est vanté auprès de son interviewer de pouvoir endurer une telle entrevue sans se lever pour frapper son interlocuteur. Ce dernier lui a répondu de s'exécuter, mais l'homme d'affaires a répliqué qu'il ne croyait pas à la violence.

Conrad Black a été libéré d'une prison de la Floride en mai dernier avant de rentrer à Toronto. Il avait écopé une peine de 72 mois de prison après avoir été condamné pour fraude et entrave à la justice. Sa peine avait toutefois été réduite à 42 mois de prison. Il a été libéré au bout de 36 mois de détention, en raison de sa bonne conduite.

Black est revenu à Toronto en dépit du fait qu'il n'était plus citoyen canadien. Il avait renoncé à sa citoyenneté canadienne en 2001 pour accepter un titre de lord anglais. Le gouvernement fédéral lui a accordé un permis de séjour temporaire d'un an, afin de lui permettre de revenir au pays.