NOUVELLES
24/10/2012 10:48 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Canada: 20% de la population parle une langue étrangère à la maison

L'anglais et le français, les deux langues officielles du Canada, demeurent les plus parlées dans le pays, mais 20% des Canadiens en utilisent aussi une autre à la maison, principalement des langues asiatiques, selon des données du recensement de 2011 publiées mercredi.

Plus de 6,6 millions de personnes parlaient une langue autre que l'anglais ou le français à la maison en 2011, exclusivement ou conjointement avec l'une de ces dernières, a indiqué l'institut national de la statistique.

Et près du tiers de ces personnes, soit 6,5% de la population, ne parlaient qu'une langue, étrangère, une proportion inchangée par rapport au recensement de 2006.

Au total, 58% de la population ou un peu plus de 19,2 millions de Canadiens ne parlaient que l'anglais à la maison, tandis que 18,2% ou 6 millions ne parlaient que le français. Ces deux langues enregistraient un léger recul par rapport à 2006.

En pourcentage, parmi les langues étrangères, c'est celle des Philippines, le tagalog, qui a connu la plus forte augmentation du nombre de ses locuteurs entre 2006 et 2011, avec une hausse de 64%, soit 279.000 personnes.

Sept autres langues étrangères parlées à la maison ont vu leur nombre de locuteurs augmenter de plus de 30% pendant la même période, soit le mandarin, l'arabe, l'hindi, le créole, le bengali, le persan et l'espagnol.

En revanche, d'autres langues, parlées par des immigrants de longue date et leurs descendants, sont en recul, soit l'italien, le polonais et le grec.

La majorité des Canadiens qui parlaient une langue étrangère à la maison vivaient dans six des plus grandes villes du pays: Toronto, Montréal, Vancouver, Calgary, Edmonton et Ottawa-Gatineau.

En 2011, le nombre de Canadiens déclarant être en mesure de soutenir une conversation dans les deux langues officielles du pays a augmenté par rapport à 2006, approchant les 5,8 millions, soit 17,5% de la population.

L'augmentation de la population bilingue était essentiellement le fait d'un plus grand nombre de Québécois ayant affirmé pouvoir soutenir une conversation en français et en anglais.

Enfin 213.000 personnes parlaient une langue autochtone, les plus parlées étant le cri, l'inuktitut et l'ojibwé.

jl/via/rap