NOUVELLES
24/10/2012 03:29 EDT | Actualisé 23/12/2012 05:12 EST

Bahreïn: deux manifestants blessés dans des heurts avec la police

Deux manifestants ont été blessés dans des heurts avec la police près d'un village chiite à Bahreïn, a annoncé la police dans un communiqué publié mercredi.

Les heurts se sont produits mardi soir lorsque "des terroristes" ont attaqué aux cocktails Molotov et aux barres de fer des patrouilles de la police, ajoute le communiqué. Deux des assaillants blessés ont été hospitalisés et les autres sont recherchés par la police.

Selon des témoins, la police a fait usage de gaz lacrymogène et tiré à la chevrotine contre des manifestants rassemblés sur une route près de Bani Jamra, un village chiite à 4 km de Manama, pour protester contre le siège imposé par les forces de sécurité à un autre village chiite, Eker.

Les protestataires ont lancé des cocktails Molotov en direction de la police, ont ajouté les témoins.

Dimanche, les autorités avaient annoncé l'arrestation de sept suspects et ajouté qu'elles recherchaient d'autres suspects dans l'attaque à la bombe artisanale à Eker, qui avait tué dans la nuit de jeudi à vendredi un policier et blessé un autre.

"Les mesures de sécurité mises en place à Eker sous forme de points de contrôle (...) ont pour but de vérifier l'identité de ceux qui entrent et sortent du village" à la recherche de suspects, avait indiqué un chef de la police.

Mais l'opposition avait dénoncé un "siège" imposé à Eker et affirmé qu'une délégation d'opposants, de militants et de médecins avait été empêchée dimanche par la police d'entrer dans le village pour "briser ce siège", selon un communiqué de la principale formation de l'opposition chiite, Al-Wefaq.

Bahreïn est secoué depuis l'an dernier par un mouvement de contestation, animé par des chiites, majoritaires dans le pays dirigé par une monarchie sunnite, qui réclament une monarchie constitutionnelle avec un Premier ministre issu de la majorité parlementaire.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), 80 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la révolte.

Le ministère bahreïni de l'Intérieur a affirmé pour sa part que 700 personnes avaient été blessées, parmi lesquelles des officiers de police.

bur/tm/sw