NOUVELLES
23/10/2012 04:24 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

St-Gelais en attente

Les riffs lourds et puissants du groupe Muse marquaient le rythme des patineurs de vitesse sur courte piste canadiens qui peaufinaient, mardi matin, leur préparation en vue de la deuxième Coupe du monde de la saison qui se tiendra de vendredi à dimanche, à l'aréna Maurice-Richard.

Un texte de Manon Gilbert

Sauf qu'il y avait une absente de marque sur la patinoire montréalaise : Marianne St-Gelais. La médaillée d'argent du 500 m aux Jeux olympiques de Vancouver a subi une commotion cérébrale, la deuxième de sa carrière, dimanche en demi-finale de la distance lors de la première Coupe du monde à Calgary.

Au lieu de s'entraîner avec ses coéquipiers, St-Gelais a subi des examens neurologiques afin de déterminer si elle pourra sauter sur la glace ce week-end.

« Elle a eu des maux de tête au cours des derniers jours, mais ce matin, elle se sentait bien à l'évaluation préliminaire avec notre médecin. Elle n'avait plus de maux de tête, a indiqué Yves Hamelin, le directeur du programme courte piste. On lui fait passer un test plus approfondi pour s'assurer que tout est sous contrôle et nous serons en mesure de réévaluer la situation cet après-midi. »

En fin de journée, il a été décidé qu'elle patinera mercredi matin et une décision sera prise ensuite avec l'équipe et le médecin.

Si la Québécoise doit passer son tour, c'est l'Albertaine Gabrielle Waddell qui la remplacera. Son copain Charles Hamelin, lui, est convaincu que sa douce ne ratera pas l'événement.

« Elle va super bien. Depuis lundi soir, les maux de tête ont complètement disparu. Dans ma tête, c'est sûr qu'elle va être là en fin de semaine, qu'elle va patiner, a affirmé le vétéran de 28 ans, gagnant de trois médailles à Calgary. Elle était triste de ne pas patiner ce matin, mais elle devait se faire évaluer. Demain, elle devrait être de retour sur la glace avec nous. »

Il n'y a pas que St-Gelais qui est aux prises avec un ennui de santé. Même si elle a patiné mardi, Valérie Maltais, la nouvelle détentrice du record du monde du 1000 m, a fait l'impasse sur la tournée d'entrevues afin de rentrer chez elle pour soigner sagement un petit virus.

En mode olympique

De retour à la maison ce week-end, les Canadiens entendent bien maintenir la cadence, eux qui ont rapporté cinq médailles de l'Alberta, en plus de réussir deux records du monde. Par contre, il sera difficile d'établir de nouvelles marques mondiales à Montréal puisque la glace n'est pas aussi rapide qu'à Calgary.

Outre l'allégresse des records et des médailles, les patineurs ont aussi fait le plein de confiance. Un aspect non négligeable parce que le sprint olympique est bel et bien commencé.

« Les Coupes du monde de cette année servent à peaufiner la forme physique, la stratégie. On essaie d'arriver à notre meilleur pour l'année olympique. D'avoir de bons résultats lors de l'année préolympique, ça aide à te mettre en confiance pour l'année olympique et à poursuivre sur ta lancée », soutient Hamelin.

D'ailleurs, les Canadiens ont lancé un message à leurs rivaux en réalisant un record du monde, 6:30,958, lors des quarts de finale du relais vendredi dernier. La marque précédente de 6:35,884 avait été établie par la Corée du Sud en 2011.

« C'était un objectif qu'on avait depuis plusieurs mois. C'est encouragent, ça démontre notre forme et notre profondeur », a souligné Olivier Jean.

Pour Jean, Montréal représente l'endroit idéal pour se mettre dans le bain de Sotchi.

« Il faut apprendre à gérer le stress et ce qui se passe à l'extérieur de la glace. Je pense que c'est une excellente répétition pour les Jeux de 2014 où il y a beaucoup d'action à l'extérieur de la glace, plus d'émotion et de stress », prétend le médaillé d'argent du 1000 m samedi dernier.

En tout cas, de l'action, il risque d'y en avoir dans les gradins de l'aréna Maurice-Richard. Et tant Jean que ses coéquipiers ne voudront pas décevoir leurs amis et autres amateurs de courte piste qui, faute de pouvoir faire le voyage en Russie, se masseront dans les gradins de l'aréna Maurice-Richard.

De quoi ajouter un petit stress supplémentaire!