NOUVELLES
23/10/2012 05:45 EDT | Actualisé 23/12/2012 05:12 EST

Catherine Ashton contre "le vide politique" au Liban (agence)

La représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères Catherine Ashton, en visite à Beyrouth, a appelé mardi les dirigeants libanais à éviter le "vide politique" dans le pays, en pleine crise politique, selon l'agence nationale libanaise.

"Mme Ashton a transmis au président de la République Michel Sleimane le soutien de l'UE à la souveraineté, l'indépendance et la stabilité du Liban", selon l'agence. Elle a appelé "à éviter le vide politique (...) et exprimé le soutien (de l'UE) aux efforts du président en vue d'un dialogue".

Lundi, les ambassadeurs des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni et France) ont appelé au maintien de "l'action gouvernementale", après l'assassinat le 19 octobre à Beyrouth du général antisyrien Wissam al-Hassan, chefs des renseignements de la police.

Ce meurtre fait craindre un embrasement au Liban, déjà divisé entre partisans et adversaires du président syrien Bachar al-Assad dont le pays a exercé une tutelle chez son petit voisin pendant près de 30 ans.

"Cet attentat est une chose terrible, nous sommes inquiets pour la stabilité du Liban", a indiqué Mme Ashton, après avoir rencontré le Premier ministre Najib Mikati, toujours selon propos retransmis par l'agence.

"Certains tentent de détourner l'attention de la situation dans la région en provoquant des problèmes au Liban", a-t-elle ajouté, en apparente allusion au conflit en Syrie. Mme Ashton doit tenir un point de presse à 16H30 (13H30 GMT).

L'opposition libanaise hostile à la Syrie a accusé le régime Assad de se tenir derrière l'attentat et a réclamé la chute du gouvernement de Najib Mikati, dominé par le puissant mouvement armé du Hezbollah, un proche du régime syrien, et ses alliés.

M. Mikati avait exprimé samedi son désir de quitter son poste mais y a renoncé temporairement "dans l'intérêt national".

Le président Sleimane mène des consultations avec les principales forces politiques pour tenter de contenir la situation surtout après des accrochages entre hommes armés et soldats lundi à Beyrouth.

Par ailleurs, les dirigeants libanais ont demandé à Mme Ashton, en tournée régionale, l'aide de l'UE pour les milliers de Syriens réfugiés au Liban depuis la révolte en Syrie.

Mme Ashton doit ensuite se rendre en Israël et dans les Territoires palestiniens.

kf-ram/tp/sw