NOUVELLES
23/10/2012 04:07 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

A La Mecque, des pèlerins communiquent par signes et par gestes

Venus des quatre coins du monde pour le pèlerinage musulman annuel à La Mecque, les fidèles unis par une seule religion mais divisés par la langue parviennent à communiquer par des hochements de tête, des sourires et des gestes.

Dans la Grande mosquée de la Ville sainte dans l'ouest du royaume saoudien, une Africaine fronce les sourcils et agite la main pour signaler à sa voisine turque que la prière n'est pas encore terminée. Celle-ci fait un signe de la tête, sourit et poursuit sa prière.

Ensuite, les deux femmes se serrent la main et échangent un sourire.

Tout se passe en silence, les deux femmes ne pouvant communiquer autrement faute de parler la langue de l'autre.

"C'est un moyen de communication spécial, que nous avons baptisé 'le langage du Haram'", ou de la Grande mosquée, dit Ali Abdallah, un commerçant soudanais installé à La Mecque depuis 5 ans.

"Je traite avec les pèlerins asiatiques en usant du langage des signes", ajoute-t-il. "Nous comptons sur le langage corporel, les signes, parfois des dessins".

"Je m'en sors mieux avec les Nigérians et d'autres Africains qui parlent généralement l'anglais, mais les Asiatiques ont leurs propres langues que je ne comprends pas", explique-t-il.

Mais son collègue Rachid Ali, un Birman, communique mieux avec ses clients: "Je parle 10 langues, que j'ai apprises en travaillant ici depuis 17 ans", dit-il fièrement.

Non loin, des fidèles s'arrêtent pour demander des directions à un policier, qui comprend leur requête et hoche la tête.

"Je ne parle pas de langue étrangère mais je peux comprendre ce qu'ils demandent et souvent ils comprennent mes instructions", dit le policier même si parfois il doit quitter son poste pour les conduire jusqu'à leur destination.

Majed al-Qulaisi, un commerçant saoudien, a mis trois ans pour apprendre le turc, le malaisien et un peu de russe. Mais il a recours aux signes avec les Africains.

"Parfois, ils ne comprennent pas ce que je dis. Je pourrais dire quelque chose qu'un pèlerin interprète comme une insulte, se fâche et s'en va".

Après 11 ans dans sa petite échoppe où il vend des chapelets en pierres précieuses, Qulaisi dit s'accommoder avec sa clientèle sachant d'avance les attentes du pèlerin en fonction du pays d'origine.

"Les Asiatiques du Sud-Est recherchent habituellement les perles, le corail, et des chapelets en bois", dit-il. "Les Africains préfèrent les longs chapelets alors que les Turcs cherchent les plus petits avec 33 perles", au lieu du modèle standard de 99 perles.

Relever les défis linguistiques -------------------------------

A quelques kilomètres, un policier tente d'organiser le mouvement des pèlerins dans et autour de la mosquée où les diverses intonations de la foule forment un bourdonnement aigu à l'intérieur du lieu de culte.

Mais le silence revient dès lors que commence la prière, dite en arabe, la langue du Coran.

Les autorités saoudiennes ont pris une série de mesures pour tenter de surmonter les défis linguistiques que pose la présence de plus de deux millions d'étrangers pour le hajj, le plus grand rassemblement annuel au monde.

En arrivant à l'aéroport de Jeddah, les fidèles sont accueillis par des fonctionnaires du ministère du hajj qui leur prodiguent, dans différentes langues, des conseils sur leur séjour.

Des millions de brochures, films, copies du Coran et cassettes en différentes langues leur sont également distribués.

Les médias pour leur part fournissent des informations de base dans 32 langues différentes.

Un service téléphonique, dit Manask, est également en place pour répondre aux questions des pèlerins en arabe, anglais, français, ourdou, indonésien, turc, bengali et haoussa.

Les autorités ont lancé une application téléphonique qui fournit gratuitement des précisions sur les rites du hajj en anglais, arabe, indonésien et ourdou.

De plus, la police religieuse a mobilisé 700 interprètes à la disposition des fidèles à La Mecque et Médine, deuxième Lieu saint de l'islam.

lyn/tm/tp