NOUVELLES
22/10/2012 09:36 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

Ligue des champions - Bayern Munich: effacer à Lille le cauchemar de Minsk

Impérial en Bundesliga avec huit victoires de rang, le Bayern Munich veut effacer à Lille, mardi soir (20h45), le cauchemar de la défaite au BATE Borisov (1-3), pour assumer son rôle de favori dans le groupe F de la Ligue des champions.

"On est sous pression, c'est sûr, mais on veut se faire justice après la défaite au Borisov", a déclaré le milieu offensif Toni Kroos, particulièrement revanchard après avoir manqué l'ouverture du score en frappant un montant à Minsk, avant le départ lundi pour le Nord de la France.

Avant la 3e journée, le Bayern ne compte que les 3 points acquis en ouverture contre Valence (2-1) tandis que Lille jouera son avenir européen après ses deux défaites de rang, à domicile contre les Bélarusses (1-3) puis en Espagne (2-0).

"Mais nous sommes actuellement en grande forme et c'est ce qui compte", a ajouté l'international de 22 ans, qui totalise déjà cette saison six buts toutes compétitions confondues (club et Mannschaft) et anime avec brio l'attaque bavaroise, derrière Mario Mandzukic et avec Franck Ribéry à sa gauche et Thomas Müller à sa droite.

Le quatuor reste d'ailleurs sur une prestation flamboyante samedi à Düsseldorf (5-0), "de loin le meilleur match de la saison" pour le coach Jupp Heynckes, ravi "de la bonne ambiance qui règne" dans son effectif.

Pour Kroos, le géant bavarois ne "doit pas commettre la moindre erreur et afficher encore plus notre supériorité" pour atteindre l'objectif annoncé par Ribéry: "gagner en France puis à Munich (face à Lille deux semaines plus tard) et on sera sur la bonne voie de la qualification".

Si le Bayern est une machine à gagner en Bundesliga, avec 26 buts inscrits pour seulement deux encaissés, il doit éviter l'excès de confiance et rester concentré défensivement, son talon d'Achille parfois.

Cela même si l'adversaire n'a remporté que deux de ses neufs matches de championnat en encaissant 11 buts. Les Lillois "seront prêts à tout donner devant leur public pour conserver leur chance", a d'ailleurs prévenu Ribéry, qui connaît "la ferveur" du Nord de la France où il a grandi (à Boulogne) et fait ses armes au centre de formation de Lille.

sg/smr