NOUVELLES
22/10/2012 03:47 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

Hillary Clinton salue la reconstruction en Haïti et le "rêve haïtien"

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a salué lundi à Caracol, dans le nord du pays, la reconstruction en cours en Haïti près de trois ans après le séisme dévastateur de janvier 2010, traçant un parallèle entre le "rêve américain" et un "rêve haïtien".

"Aux Etats-Unis, nous sommes fiers des promesses du rêve américain, et nous avons vu beaucoup d'Haïtiens-Américains réaliser ce rêve américain. (...) Les Haïtiens ici en Haïti ont le même dynamisme et ce que nous souhaitons faire, c'est créer ce rêve haïtien", a lancé Mme Clinton sous les applaudissements.

La secrétaire d'Etat s'exprimait à l'occasion de l'inauguration officielle d'un parc industriel qui doit employer à terme 37.000 personnes, en présence notamment de son mari, l'ex-président américain Bill Clinton, dont la fondation est très active en Haïti, du président haïtien Michel Martelly et de son prédécesseur René Préval, du fondateur de Virgin Richard Branson et des acteurs américains Ben Stiller et Sean Penn.

"Il y a trois ans, les Haïtiens ont entendu le sol trembler, les immeubles s'effondrer, les gens crier de douleur. Aujourd'hui, on peut entendre des machines à coudre et des marteaux-piqueurs", a poursuivi Mme Clinton, soulignant que "les investisseurs étrangers prenaient bonne note de tous ces progrès".

"Un développement économique rapide s'accompagne aussi parfois de défis", a poursuivi la secrétaire d'Etat. "Il est essentiel (...) que les bénéfices de tous ces projets retombent sur les personnes qui en ont besoin", a-t-elle ajouté.

Moins de dix-huit mois après son arrivée au pouvoir, le président haïtien Michel Martelly fait actuellement face à un important mouvement de contestation, dans un pays qui peine toujours à surmonter les conséquences désastreuses du séisme de 2010.

"C'est un président populaire", a souligné auprès de la presse un responsable de département d'Etat sous couvert d'anonymat. "Mais comme tous les présidents, il doit travailler pour conserver la confiance de ses concitoyens", a-t-il ajouté: "Je n'ai pas le sentiment que ce gouvernement ait des difficultés différentes de celles rencontrées par beaucoup de gouvernements, et certainement pas différentes de celles rencontrées par les précédents gouvernements haïtiens".

"Il y a beaucoup de manifestations différentes. Et un grand nombre d'entre elles sont aussi financées par les partis d'opposition, selon moi, et ne sont pas du tout spontanées", a estimé un autre responsable du département d'Etat.

nr-mdm/jca