NOUVELLES
22/10/2012 01:14 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST

Chine: affrontements entre villageois et police autour d'une centrale polluante

PÉKIN, Chine - Les habitants d'une petite ville du sud de la Chine, opposés à la construction d'une centrale électrique au charbon, ont lancé des briques contre la police, qui a répliqué à coups de gaz lacrymogènes. Des dizaines de personnes ont été interpellées dans cette nouvelle affaire de conflit environnemental, ont déclaré lundi des habitants de la ville de Yinggehai.

Un millier de personnes de cette ville de la province de Hainan ont manifesté ces derniers jours contre la reprise de la construction de la centrale, déjà interrompue par des protestations. Des dizaines de personnes ont été blessées et plusieurs autres détenues par la police, qui a placé la ville sous étroite surveillance, ont précisé des habitants. La police et des responsables locaux n'ont pas fait de commentaire.

«Ils ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule ces derniers jours, a témoigné Xian, un habitant qui n'a donné que son prénom pour ne pas être identifié par les autorités. Nous ne voulons pas d'une centrale électrique qui provoquerait une grave pollution».

Les écoles de Yinggehai, une ville de 18 000 habitants, sont fermées depuis jeudi dernier, a précisé Lin, vivant à Shenzhen, mais qui a des contacts réguliers avec des amis et de la famille de sa ville natale. Des affrontements entre habitants armés de briques et policiers ont éclaté après l'interpellation de plusieurs manifestants et le tir de gaz lacrymogènes. Des blessés ont été sortis de l'hôpital par la police, qui a également fouillé des écoles et des habitations.

Les forces de sécurité ont été déployées devant les locaux du gouvernement local et les principales rues de la ville, selon lui.

«D'habitude, nous descendons dans la rue de nuit pour ne pas être identifié par la police, qui a recours à la vidéo pour filmer la foule», a ajouté Xian.

D'après le Centre d'information sur les droits de l'Homme et la démocratie, basé à Hong Kong, 50 personnes ont été arrêtées et une centaine d'autres blessées dans les manifestations contre la centra le nucléaire.