NOUVELLES
21/10/2012 07:37 EDT | Actualisé 21/12/2012 05:12 EST

Manifestations à Téhéran après l'annulation du rachat de Daewoo par Entekhab

Un millier d'employés du groupe industriel iranien Entekhab ont manifesté dimanche devant l'ambassade sud-coréenne à Téhéran, après l'annulation par Daewoo Electronics d'un contrat d'aquisition signé en 2010, à cause des sanctions économiques imposées à l'Iran.

La manifestation était organisée par les employés de la compagnie iranienne privée pour réclamer le remboursement d'une avance sur paiement de 53 millions d'euros versée en 2011 par Entekhab à Daewoo Electronics, a expliqué à l'AFP le porte-parole de l'entreprise Hamid Ghaznavi.

Entekhab avait acquis la compagnie sud-coréenne en novembre 2010 pour un montant de 397 millions d'euros.

Daewoo Electronics, ancienne filiale du groupe Daewoo aujourd'hui disparu, est l'objet d'un programme de rééchelonnement de dette depuis la faillite en 1999 de sa société-mère.

L'acquisition était intervenue après le durcissement par Séoul en septembre 2010 de ses sanctions économiques à l'encontre de l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé.

"Lorsqu'ils nous ont informé de l'annulation de l'accord à cause des sanctions, nous avons demandé le remboursement de notre avance. Mais depuis 2011, ils traînent les pieds et affirment qu'ils ne peuvent pas nous payer à cause des restrictions bancaires", a précisé M. Ghaznavi.

Un responsable de l'ambassade sud-coréenne lui a affirmé dimanche qu'il allait relayer les demandes de la compagnie aux autorités de Séoul, a-t-il toutefois poursuivi.

"Nous reviendrons (manifester) si notre demande n'est pas respectée, étant donné que les 4.000 employés (de l'entreprise) sont touchés par l'annulation de l'accord", a-t-il ajouté.

Entekhab, basée dans la province d'Isfahan (centre), fabrique des appareils électro-ménagers commercialisés sous les marques Snowa et Haier.

L'ONU, l'Union européenne, les Etats-Unis et plusieurs autres pays ont imposé des sanctions économiques à l'Iran, soupçonné de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de programme civil, ce que Téhéran a toujours démenti.

fpn/lma/bpz/tg/sbh/php