Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La fondation Rivières s'oppose au projet de centrale hydroélectrique au canyon Sainte-Anne

La fondation Rivières demande au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) de tenir une audience publique sur le projet de centrale hydroélectrique au canyon Sainte-Anne.

Le groupe estime que cette centrale, qui s'apparenterait au projet sur la rivière Sainte-Anne-du-Nord à Val-Jalbert, n'est pas justifiée d'un point de vue économique. La fondation affirme qu'Hydro Québec dispose de surplus et que l'électricité sera vendue à perte.

De son côté, la municipalité de Saint-Joachim estime que le projet générerait d'importantes retombées économiques en matière de redevances et de création d'emplois.

Ces retombées, estimées à 500 000 $ par année pour Saint-Joachim, ne sont toutefois pas un argument pour Alain Saladzius, le vice-président de la fondation Rivières.

« Je comprends que les gens veulent des revenus, mais ce qu'on dit, c'est qu'il y a d'autres considérations et l'ensemble du Québec doit pouvoir bénéficier de ce secteur-là [...] Les rivières, ça appartient à tout le monde! »

Selon M. Saladzius, le projet menace aussi d'assécher la chute et de défigurer le site du canyon Sainte-Anne.

« Les gens qui vont aller là vont bien voir que c'est un site artificiel [...] Est-ce qu'on a besoin de ça au Québec? Je ne suis pas sûr du tout », explique-t-il.

Les documents du promoteur, Hydro-Canyon Saint-Joachim, sont publiés sur le site Internet du BAPE.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.