Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Attentat à la voiture piégée à Beyrouth

Un attentat à la voiture piégée a frappé vendredi le secteur est de Beyrouth.

Le ministre libanais de la Santé a parlé de 3 morts et 96 blessés, alors que l'Agence nationale d'information, s'appuyant sur un bilan de la Défense civile, avait fait état auparavant de 8 morts et de 78 blessés.

Le chef des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI), le général Wissam al-Hassan, a été tué dans cette attaque. C'est un proche de Saad Hariri, le chef de l'opposition libanaise hostile au régime de Damas. Il était pressenti pour prendre la tête des FSI à la fin de l'année.

Le procureur général de la République, Hatem Madi, a confirmé que l'attentat était dû à une voiture piégée qui a « été projetée à des dizaines de mètres ».

Des enquêteurs ont affirmé à l'AFP que « la charge explosive était de 30 kg ».

L'attentat, le pire à frapper Beyrouth depuis des années, n'a pas été revendiqué.

Il survient à un moment où les affrontements liés à la guerre en Syrie se multiplient au Liban.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.