NOUVELLES
18/10/2012 03:53 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

USA: la mère de l'ambassadeur tué en Libye ne veut blâmer personne

La mère de Chris Stevens, l'ambassadeur américain tué en Libye lors de l'attaque du consulat de Benghazi le 11 septembre dernier, a refusé jeudi de blâmer qui que ce soit à Washington, estimant que de telles critiques sont improductives.

Dans le même temps, Mary Commanday a souligné qu'elle n'avait guère de détails sur les circonstances de la mort de son fils et qu'elle n'avait pas eu de contacts avec la Maison Blanche récemment.

"Je ne pense pas que ce soit productif de blâmer les gens", a-t-elle dit dans sa première interview depuis la mort de Chris Stevens, sur la chaîne CBS.

Elle a ajouté qu'elle ne souhaitait pas parler de la tempête politique que sa mort avait déclenchée, à quelques semaines de l'élection présidentielle américaine du 6 novembre.

Les républicains ont en effet attaqué l'administration de Barack Obama pour sa gestion des événements de Benghazi, au cours desquels l'ambassadeur et trois autres agents américains ont été tués.

Cela a notamment conduit à d'intenses échanges entre le président démocrate sortant et son adversaire républicain Mitt Romney lors de leur deuxième débat mardi soir à Hempstead, près de New York.

Mme Commanday a décrit son fils comme quelqu'un de "joyeux, une personne optimiste", et elle a souligné s'être inquiétée à propos de sa sécurité.

"Je lui ai demandé ce qu'il en était, je lui ai dit que c'était assez dangereux là-bas. Mais il m'a répondu qu'il avait des gardes du corps en qui il avait confiance", a-t-elle raconté.

La famille a tenu une cérémonie en la mémoire de Chris Stevens cette semaine à San Francisco (Californie), mais elle ne sait toujours pas précisément comment il est mort.

Mary Commanday a ajouté que même si elle avait réponse à ses questions, "cela ne le ramènerait pas".

jkb/bdx/sam