NOUVELLES
18/10/2012 10:11 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

Syrie: 43 morts dans des frappes aériennes dans les provinces d'Idlib et d'Alep

BEYROUTH - Des frappes aériennes de l'armée syrienne ont fait au moins 43 morts dans le nord du pays, détruisant plusieurs édifices et forçant les survivants à fouiller les décombres pour en retirer les corps des victimes, ont affirmé jeudi les rebelles.

Les bombardements se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi et ont visé au moins cinq villes des provinces d'Idlib et d'Alep. Des vidéos supposément tournées après les attaques et diffusées sur le Web montrent des immeubles en ruines et des résidants en train de transporter des restes humains.

L'authenticité des renseignements fournis par les rebelles et des vidéos ne peut être confirmée de manière indépendante en raison de l'accès restreint des médias au territoire syrien.

Les troupes du président Bachar el-Assad ont intensifié les frappes aériennes en réaction à l'amélioration des capacités de combat des rebelles au sol.

Les groupes de défense des droits de l'homme affirment que ces bombardements touchent souvent les civils. Cette semaine, Human Rights Watch a aussi accusé le régime Assad d'utiliser des bombes à sous-munitions qui, selon l'organisation basée à New York, mettent en danger la population.

Le gouvernement syrien soutient défendre le pays contre des terroristes appuyés par des puissances étrangères qui cherchent à le détruire. Il a aussi nié avoir recours aux bombes à sous-munitions.

Abou Raed, un militant basé à Alep, a raconté à l'Associated Press via Skype que des hommes commençaient à arriver à une mosquée dans le quartier de Shaar pour la prière du soir mercredi lorsqu'un avion de chasse a jeté une bombe sur le lieu de culte.

Il a indiqué qu'au moins 10 personnes avaient perdu la vie, mais a précisé que le nombre de victimes pourrait être plus important en raison des cadavres se trouvant toujours sous les décombres ou ceux ayant été enterrés sans avoir été déclarés.

«Il y a des gens qui ont emporté les morts et les blessés avant que les caméras n'arrivent», a affirmé M. Read. Soldats et rebelles s'affrontent depuis des mois à Alep, la ville la plus importante de la Syrie.

Les forces aériennes du régime Assad ont également bombardé Maaret al-Numan, dans la province d'Idlib, mercredi et jeudi. De violents combats se déroulent dans cette région depuis que les rebelles ont pris le contrôle de la ville la semaine dernière.

Fadi Yassin, un autre activiste, a révélé à l'Associated Press par le biais de Skype que l'une des bombes larguées jeudi était tombée près de l'hôpital mobile des rebelles à Maaret al-Numan.

Il a toutefois déclaré qu'il était encore trop tôt pour savoir combien de personnes avaient été tuées. Une vidéo mise en ligne plus tard montrait 18 paquets de linge blanc contenant supposément les restes des victimes des déflagrations.

M. Yassin a ajouté que des frappes aériennes avaient aussi fait 15 victimes mercredi dans trois villages avoisinants.

D'après les groupes de défense des droits de l'homme, plus de 33 000 personnes ont perdu la vie depuis le début du soulèvement contre le président Bachar el-Assad en mars 2011.