NOUVELLES
18/10/2012 12:46 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

Le fils Romney plaisante sur Obama et dit qu'il a voulu "lui en mettre une"

Le fils aîné du prétendant républicain à la Maison Blanche Mitt Romney, Tagg, a lancé d'un ton léger sur une station de radio locale qu'en regardant Barack Obama attaquer verbalement son père lors du débat présidentiel de mardi, il avait eu envie de "lui en mettre une".

Tagg Romney, 42 ans, était interviewé par Bill LuMaye, présentateur d'une station de radio de Caroline du Nord (sud-est des Etats-Unis), mercredi soir au lendemain du débat entre les deux candidats à la présidentielle du 6 novembre.

Interrogé sur ce que cela faisait d'entendre le président démocrate qualifier son père de "menteur", Tagg Romney a lancé: "cela m'a donné envie de bondir de mon siège, de me ruer sur la scène et de lui en mettre une".

Et de poursuivre: "mais bien sûr ce n'était pas possible, d'abord parce qu'il y avait beaucoup d'agents du Secret Service (la police chargée de la sécurité du président, ndlr) entre lui et moi, et puis aussi à cause de la simple nature du processus".

Pour le plus âgé des cinq fils Romney en effet, les adversaires du candidat républicain "essaient tout ce qu'ils peuvent pour faire passer mon père pour ce qu'il n'est pas (...). On s'y est donc engagé, on va rester assis et ravaler nos poings".

Tagg Romney a ajouté que cette course à la Maison Blanche, extrêmement serrée selon lui, pesait lourd sur les proches des candidats.

Jeudi, un membre de l'équipe de campagne de Mitt Romney a assuré à l'AFP que les propos de Tagg n'étaient pas méchants, "il plaisantait simplement sur combien ce processus peut être frustrant pour la famille" des candidats.

Lors de leur deuxième débat mardi soir à Hempstead près de New York, MM. Obama et Romney se sont livrés pendant 90 minutes à une joute sans merci, marquée par un net regain d'énergie du président sortant après un premier face-à-face raté début octobre à Denver (Colorado, ouest).

Interrogé sur ce qu'éprouvait son père avant de tels débats, Tagg Romney a indiqué à la radio qu'il était "terrifié", avant de se reprendre: "terrifié est un mot un peu fort, mais vous savez comme tout le monde, il a une boule à l'estomac".

mlm/sam/are