NOUVELLES
18/10/2012 02:03 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

La grève étudiante a entraîné un peu plus d'abandons dans les cégeps

Les étudiants des 14 cégeps dont la session d'hiver 2012 a été reportée au mois d'août en raison de la grève ont été un peu plus nombreux que l'hiver dernier à abandonner leur session.

Le taux d'abandon - avec ou sans échec - des 57 000 étudiants concernés est passé à 9,5 %, a rapporté jeudi la Fédération des cégeps.

Le taux d'abandon avec échec a crû par rapport à l'hiver 2011, passant de 3 % à 4 %. Le président de la Fédération des cégeps, Jean Beauchesne, se dit particulièrement préoccupé par ces données, précisant qu'on parle de « 500 à 600 échecs additionnels ».

Il souligne cependant que la grève a eu des « effets de légers à lourds » pour près d'un étudiant sur 10.

Même s'ils n'ont pas échoué leurs session, des centaines d'étudiants n'ont pas complété un ou plusieurs de leurs cours, se prévalant de la possibilité d'obtenir la mention « incomplet », une procédure qui permet justement d'éviter un échec.

Cette mention est normalement applicable en cas de situation exceptionnelle comme une maladie. Dans le cadre du conflit étudiant, on a voulu être plus conciliant afin de limiter les dégâts. Les cégeps ont notamment permis aux étudiants de se prévaloir de la mention « incomplet » jusqu'à une date très tardive de la session.

Beaucoup d'abandons non pénalisés

Près de 5,5 % des étudiants ont demandé une mention « incomplet » pour l'ensemble de leurs cours de la session hiver 2012.

Selon les informations recueillies par la Fédération des cégeps, les étudiants qui se sont prévalus de la mesure l'ont fait pour poursuivre leurs études collégiales « dans les meilleures conditions possibles pour eux ».

La Fédération estime que les étudiants qui ont obtenu la mention « incomplet » pourraient revenir compléter leurs études, puisqu'ils n'ont pas été pénalisés. Le nombre d'inscriptions pour la session d'automne a d'ailleurs légèrement augmenté, en dépit de la baisse démographique anticipée.

La Fédération des cégeps, qui regroupe 48 établissements publics du Québec, précise que par ailleurs les établissements tenteront d'accroître l'aide apportée aux jeunes qui pourraient se retrouver en situation d'échec pour éviter le décrochage.

Fait à noter, environ 5 % des étudiants des 14 cégeps en grève, soit à près de 3000 étudiants, ont pu terminer leur session dès juin 2012 à la suite d'injonctions ou d'ententes avec les associations étudiantes concernant les stages.

Les données recueillies concernent les étudiants qui fréquentaient 14 cégeps à l'hiver 2012, à savoir le Collège Ahuntsic, le Cégep André-Laurendeau, le Collège Bois-de-Boulogne, le Collège Édouard-Montpetit, le Collège Lionel-Groulx, le Collège de Maisonneuve, le Cégep Marie-Victorin, le Collège Montmorency, le Collège de Rosemont, le Cégep de Saint-Hyacinthe, le Cégep de Saint-Jérôme, le Cégep de Saint-Laurent, le Collège de Valleyfield et le Cégep du Vieux-Montréal.