NOUVELLES
03/10/2012 12:35 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Tunisie: le Premier ministre promet de régler les différends avec les médias (conseiller)

Le Premier ministre tunisien Hamadi Jebali a promis mercredi, lors d'une réunion avec la Fédération internationale des journalistes, de garantir la liberté de la presse et de résoudre les tensions opposant son gouvernement à plusieurs médias, a indiqué un de ses conseillers.

"Le Premier ministre Hamadi Jebali a promis de trancher rapidement tous les problèmes en ce sens, y compris la mise en oeuvre des décrets 115 et 116, et a donné des garanties pour veiller à la liberté de la presse et éliminer les craintes à ce sujet", a dit le conseiller Lotfi Zitoun.

Ces décrets, datant de 2011, sont destinés à garantir la protection des journalistes et jettent la base d'un cadre régulateur pour les nouveaux médias audiovisuels. Ils n'ont cependant jamais été mis en oeuvre alors qu'ils sont censés garantir l'indépendance des médias à la suite de la révolution qui a renversé le président Ben Ali.

Le président de la FIJ, Jim Boumelha, a pour sa part indiqué avoir fait part au Premier ministre de son "inquiétude quant à la situation des médias en Tunisie".

Le gouvernement dominé par les islamistes est accusé par plusieurs rédactions de chercher à contrôler les lignes éditoriales de plusieurs médias publics à travers la nomination de nouvelles direction.

Le Syndicat national des journalistes tunisiens a déposé un prévis de grève pour le 17 octobre.

Le cas le plus emblématique concerne le groupe de presse Dar Essabah, qui publie deux quotidiens et un hebdomadaire. Les journalistes y protestent depuis août contre l'arrivée à leur tête de Lotfi Touati, accusé d'avoir été à la solde du régime de Ben Ali et d'être aujourd'hui soumis aux islamistes.

Quatre journalistes disent être en grève de la faim depuis lundi, et M. Touati et certains employés ont porté leur différend devant la justice.

kl-alf/phs