NOUVELLES
03/10/2012 01:45 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Mali: Washington n'exclut pas une action militaire, soutient la Cédéao

Les Etats-Unis n'excluent pas de mener une action militaire dans le nord du Mali aux mains d'islamistes, mais soutiennent pour l'instant la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui cherche à monter une intervention dans ce pays avec le feu vert de l'ONU.

Interrogée mercredi sur une éventuelle opération militaire unilatérale américaine au Mali, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland a répondu: "Je ne vais évidemment rien ajouter ni rien n'exclure ici, mais pour le Mali nous sommes concentrés sur les efforts de la Cédéao".

Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra jeudi après-midi à New York des consultations "préliminaires" sur la demande malienne d'intervention militaire dans le nord du pays. Bamako a demandé officiellement à l'ONU un feu vert pour une "force militaire internationale" avec un déploiement au Mali de troupes ouest-africaines qui l'aideraient à reconquérir le nord, contrôlé par des extrémistes islamistes liés au réseau Al-Qaïda.

"Pour le Mali, nous travaillons pour soutenir les efforts de la Cédéao afin de réfléchir plus avant au projet d'une solide force de maintien de la paix qui permette à la fois de sécuriser la capitale (Bamako) et de pousser vers le Nord", a expliqué Mme Nuland.

"Nous avons dit que nous étions disposés à appuyer un projet bien pensé et conduit par la Cédéao, qui serait présenté devant le Conseil de sécurité", a rappelé la porte-parole de la diplomatie américaine.

D'après le Washington Post de mardi, la Maison Blanche, le département d'Etat et le Pentagone ont engagé une réflexion sur de possibles bombardements de drones dans le nord du Mali contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Sollicité mardi par l'AFP, un porte-parole de la Maison Blanche n'avait pas démenti la tenue de réunions sur le Mali et Aqmi, mais sans en dire davantage.

Le porte-parole du Pentagone, en revanche, avait indiqué que les Etats-Unis "n'envisage(ain)t pas à ce stade d'opérations militaires unilatérales au Mali ou dans la région".

La veille, un haut responsable du département d'Etat avait affirmé que son pays serait prêt à soutenir une intervention armée "bien préparée" et menée par des pays africains dans le nord du Mali pour en expulser la rébellion islamiste liée à Al-Qaïda.

nr/lor