NOUVELLES
03/10/2012 02:50 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Le premier ministre élu de Géorgie visitera tout d'abord les États-Unis

TBILISI, Géorgie - L'opposant qui a remporté les élections parlementaires en Géorgie veut restaurer les liens avec la Russie, là où il a fait des milliards de dollars comme homme d'affaires, mais c'est quand même aux États-Unis que Bidzina Ivanichvili se rendra lors de son premier voyage officiel.

M. Ivanichvili cherche possiblement à se défendre de ceux qui le soupçonnent de vouloir ramener la Géorgie dans le giron russe, mais aussi à démontrer aux Américains qu'il désire véritablement approfondir la relation initiée par son prédécesseur.

Le président Mikhail Saakachvili, dont le parti a été défait lors des élections de lundi, a fait de l'ancienne république soviétique une alliée américaine. Moscou, en revanche, refuse d'avoir quoi que ce soit à faire avec lui depuis que la Géorgie et la Russie se sont livrées une brève guerre en 2008.

Les relations diplomatiques entre les deux pays demeurent rompues, ce qui complique les déplacements entre les deux voisins. Jusqu'à un million de Géorgiens vivent et travaillent en Russie.

Les conséquences économiques sont aussi douloureuses pour la Géorgie. Les échanges commerciaux entre les deux pays sont au point mort depuis 2006, depuis que la Russie a bloqué les importations de vin, d'eau minérale, de fruits et de légumes en provenance de Géorgie. M. Ivanichvili a promis de s'attaquer à rouvrir le gigantesque marché russe aux produits géorgiens.

M. Saakachvili occupera la présidence pendant encore un an, et aucun changement important n'est donc attendu dans l'immédiat.

Le rétablissement des relations diplomatiques sera également compliqué par la dispute concernant l'Ossétie du Sud et l'Abhkazie, deux provinces géorgiennes séparatistes dont Moscou a reconnu l'indépendance et où des milliers de soldats russes sont toujours déployés même si l'essentiel du reste de la planète considère qu'il s'agit d'un territoire géorgien.

La Russie dit n'avoir aucune intention de changer d'avis. Le gouvernement russe a par contre applaudi la victoire de M. Ivanichvili, le ministre des Affaires étrangères Alexander Loukachevich déclarant que Moscou espère développer des relations «constructives et respectueuses avec ses voisins».

Mais depuis la victoire de sa formation Rêve géorgien, le premier ministre élu profite de chaque occasion pour répéter l'engagement de la Géorgie envers l'Europe et l'OTAN. Le secrétaire-général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, lui a rendu la pareille mercredi, en déclarant que l'Alliance atlantique souhaite renforcer encore davantage sa relation avec la Géorgie.

M. Ivanichvili compte se rendre aux États-Unis après l'élection présidentielle. Il deviendra premier ministre lors de l'entrée en fonction du nouveau parlement, le 21 octobre.