NOUVELLES
03/10/2012 01:32 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

La guerre des "faits" aura lieu sur internet pendant le débat Obama/Romney

Barack Obama et Mitt Romney n'attendront pas la fin du débat de mercredi à Denver, dans le Colorado (ouest), pour revendiquer la victoire: en temps réel, leurs équipes inonderont internet de vérifications factuelles dès la première minute du face à face.

Alors que les lieutenants et porte-paroles des candidats commençaient dès mercredi matin leurs rondes au centre de presse du débat pour distiller leurs prédictions aux journalistes, sur internet les équipes de campagne ont lancé deux sites (debates.mittromney.com et www.barackobama.com/debate) qui "vérifieront" les déclarations des candidats et fourniront des arguments partisans aux internautes.

Le site de M. Romney "sera le coeur de notre opération débat, pour vérifier ce que dit la campagne Obama et publier des données soutenant nos arguments", a expliqué Zac Moffatt, directeur de la campagne numérique de Mitt Romney, cité par le site Mashable.

Sur Twitter, les comptes @MittRomney et @RomneyResponse seront les courroies de transmission de la campagne du républicain, et @BarackObama et @TruthTeam2012 pour le président sortant. Le proche conseiller de Barack Obama David Axelrod (@davidaxelrod) et le porte-parole de sa campagne Ben LaBolt (@BenLaBolt) sont parmi les plus suivis du camp démocrate.

Mais pour les internautes à la recherche de vérifications impartiales, la vérité se trouvera sur les nombreux sites indépendants, comme politifact.com (@PolitiFact sur Twitter) et factcheck.org, qui analysent et "notent" la véracité des déclarations des hommes politiques depuis des années.

Les médias aussi se sont adaptés et préparés à réfuter et confirmer en temps réel. Vingt journalistes du quotidien New York Times ont écrit à l'avance 76 éléments sur tous les sujets, prêts à être publiés sur le site.

"Nous écrivons les vérifications à l'avance pour éviter la précipitation", a expliqué Mary Suh, rédactrice en chef adjointe du service politique, dans un article publié sur le blog du médiateur du quotidien. "Tout est dans une feuille Excel, du passé de Romney chez Bain au bilan d'Obama sur le déficit".

"Aujourd'hui tout le monde, tous les grands médias effectuent des vérifications factuelles", note Andrew Beaujon, reporter en charge des médias pour le Poynter Institute, une école de journalisme.

"Le site de PolitiFact est le vérificateur le plus reconnu. Il utilise une échelle pour illustrer la véracité des affirmations, il est très populaire", a-t-il repris.

"Le plus intéressant c'est que le plus gros vérificateur de faits c'est Twitter: tout le monde n'aura pas besoin d'un vérificateur professionnel pour savoir de quoi il retourne", a-t-il conclu.

ico/bdx/jca