NOUVELLES
03/10/2012 08:36 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Gallagher sur la bonne voie

SHERBROOKE - Depuis le début du camp des Bulldogs, l'entraîneur-chef Sylvain Lefebvre évite de parler des exploits individuels de ses protégés.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Le temps d'une réponse, toutefois, Lefebvre a dérogé de sa politique. La qualité du jeu de Brendan Gallagher était devenue trop évidente pour qu'il se défile.

« Brendan marque des points, a répondu sans détour Lefebvre, mercredi, à l'issue du premier match intraéquipe des Bulldogs. Son ardeur au travail et sa ténacité font de lui un meilleur joueur de hockey. Il l'a montré ce soir. »

Les conclusions à tirer d'un match intraéquipe sont limitées, mais Gallagher a certainement profité au maximum de sa tribune, devant une bonne dizaine de membres de la direction et du personnel d'entraîneurs du Canadien.

Au final, le petit attaquant a conclu sa soirée avec une aide sur un but de Steve Quailer. Mais au-delà des statistiques, il fallait le voir, menaçant à presque chaque présence, la rondelle rarement dans son territoire pendant qu'il était sur la patinoire. Sur une même séquence, il a empêché à trois reprises une sortie de zone de l'adversaire.

« Je suis satisfait de mon match, mais il est encore tôt. La chimie est bonne avec mes compagnons de trio », s'est contenté de dire Gallagher.

Le jeune homme, choix de 5e tour du Tricolore en 2010, avait fait tourner bien des têtes au camp du CH l'an dernier, à un point tel que certains rêvaient de le voir se tailler une place chez les grands. La direction l'a plutôt envoyé parfaire ses habiletés dans les rangs juniors, où il a connu une campagne de 41 buts et 36 passes en seulement 54 matchs avec les Giants de Vancouver.

« Les attentes sont plus élevées pour moi cette année, mais je ne change pas ma façon de jouer. Si tu fais assez de bonnes choses, les gens vont te remarquer. »

Sans Chara

« Le lock-out est frustrant pour tous », admet Gallagher. Et sans le dire, le jeune homme de 20 ans est possiblement un de ceux qui s'en ressentent le plus.

Gallagher a profité de la dernière année pour ajouter quelques livres à sa charpente. Il fait maintenant osciller la balance à 80 kg (174 lb) et rêvait visiblement de se mesurer aux vétérans de la LNH.

« C'est bon de jouer contre les meilleurs défenseurs, comme l'an passé, contre Zdeno Chara. Il y a un seul Chara, c'est unique. J'ai déjà joué contre des joueurs de 6 pi 7, mais jamais de 6 pi 9, et je n'en retrouverai jamais d'autres!

« Évidemment, tout le monde aimerait mieux qu'il n'y ait pas de lock-out, mais c'est hors de mon contrôle. Donc, je vais profiter de ma chance ici. »

Avec des compagnons de trio comme Michaël Bournival, auteur d'une saison junior plus qu'intéressante l'an passé, et Steve Quailer, fraîchement sorti des rangs universitaires, l'organisation souhaite visiblement donner la chance à Gallagher de s'épanouir, du moins dans les premiers jours du camp.