NOUVELLES
03/10/2012 08:57 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Crise aux États-Unis: la natalité continue de chuter, mais moins vite

NEW YORK, États-Unis - Le nombre de naissances a chuté aux États-Unis pour la quatrième année consécutive en 2011, conséquence de la crise dans ce pays, a annoncé mercredi le gouvernement américain. Le déclin de la natalité n'a toutefois été que de 1 pour cent contre 2 pour cent à 3 pour cent ces dernières années.

«Les effets de la récession sont peut-être en train de s'atténuer», explique le démographe Carl Haub, du Bureau de recensement de la population, à Washington.

Le rapport met particulièrement en lumière le fort déclin de la natalité chez les populations hispaniques (-6 pour cent), davantage frappées par la crise économique, estiment les experts. Les naissances poursuivent également leur déclin entamé depuis 20 ans chez les adolescentes pour atteindre de 330 000 en 2011, soit le total annuel le plus bas depuis 1946.

La baisse des naissances est un phénomène relativement récent aux États-Unis. La natalité a toujours progressé jusqu'à la fin des années 1990, atteignant même un pic historique en 2007, avec 4,3 millions de naissances. L'année dernière, moins de 4 millions de naissances ont été enregistrées, soit le niveau le plus bas depuis 1998.

Les analystes voient essentiellement dans ce déclin l'effet de la crise économique. Selon eux, beaucoup de femmes et de couples qui se trouvent soit au chômage, soit employés à temps partiel, et connaissent des problèmes d'argent, ne se sentent pas en mesure de fonder une famille ou de l'agrandir.

L'économie américaine s'est officiellement trouvée en récession de décembre 2007 à juin 2009. Mais en 2011, les sondages ont montré que la plupart des Américains restaient moroses, confrontés à un marché du travail anémique, un marché immobilier déprimé et bien d'autres aspects de la crise.