NOUVELLES
03/10/2012 10:23 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

C1 - Bayern Munich: premier revers et premiers tiraillements

La défaite du Bayern Munich face au BATE Borisov (3-1), mardi soir en Ligue des champions, a mis à jour les premiers tiraillements chez le géant bavarois entre l'entraîneur Jupp Heynckes et le nouveau directeur sportif Matthias Sammer.

Pour l'heure, pas (encore) question de crise comme le club en a connues à la fin des années 90, à l'origine du surnom FC Hollywood, puis lors du 2e mandat de Louis van Gaal ou même en février dernier lorsque le champion d'automne était largué en quelques matches pour voir s'envoler le titre.

Mais l'entente de façade entre Heynckes et Sammer, homme de caractère appelé cet été en remplacement du consensuel Christian Nierlinger, a connu sa première fissure en public.

Le coach n'a pas apprécié que le directeur sportif qualifie ses joueurs "d'endormis" après la victoire au Werder Brême (2-0) acquise en fin de match. Il l'a fait savoir aux téléspectateurs avant le match contre le BATE Borisov, estimant que c'était "exagéré" et qu'il était "préférable de garder ce type de commentaires en famille".

Comme Sammer, probablement renforcé par l'échec en terre bélarusse, a maintenu que ses propos étaient "inoffensifs", le coach en a remis une couche dès le lendemain.

"C'est du populisme dont on n'a pas besoin", a glissé calmement mais fermement Heynckes avant le départ de Minsk, tout en affirmant qu'il "n'y a rien de personnel contre Matthias" avec qui la collaboration "est bonne au quotidien et le sera encore à l'avenir".

Le patron Karl-Heinz Rummenigge a tenté d'apaiser les esprits. "Cela n'a aucun sens d'être trop critique", a-t-il déclaré lors du traditionnel banquet d'après match, tandis que les joueurs restaient très diplomates face à la presse.

"C'est son droit (à Sammer)", estimaient en choeur le capitaine Philipp Lahm et Toni Kroos, ce dernier rappelant que l'ex-directeur sportif de la Fédération "avait été appelé aussi pour faire ce type d'intervention" et "apporter le petit plus" qui a peut-être manqué les deux dernières saisons.

"Le plus important est de ne pas se laisser emporter par cette défaite, de revenir à plein régime contre Hoffenheim et gagner" samedi en championnat, a insisté Rummenigge, persuadé que son équipe était capable de rebondir immédiatement pour ne pas montrer de faiblesses sur la scène nationale.

Avis partagé par Lahm: "Je pense qu'on est assez fort pour surmonter" le revers européen et continuer à faire le plein de points pour garder à distance les rivaux et particulièrement Dortmund, le double champion en titre.

"On ne va pas se laisser détourner de notre voie", assurait pour sa part Kroos. La voie menant au 23e titre national, "priorité N.1 de la saison, même si on peut prétendre à plus", selon Bastian Schweinsteiger.

La maison de Bavière n'a plus qu'à espérer que coach et directeur sportif se laisseront influencer mercredi par la célébration du 22e anniversaire de la Réunification de l'Allemagne...

sg/bvo