NOUVELLES
03/10/2012 06:11 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Arabie: le chef de la police religieuse limite les attributions de ses hommes

Le chef de la puissante police religieuse en Arabie saoudite a annoncé mercredi la prochaine publication d'un nouveau statut de son organisme, limitant les attributions de ses hommes, chargés de veiller au respect de la morale islamique mais souvent accusés d'abus et de violences.

Le nouveau statut "retire à (mes) hommes certaines attributions au profit d'autres instances de l'Etat, dont les arrestations et les interrogatoires", a déclaré cheikh Abdel Latif Al-Cheikh, président de la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, cité par le quotidien Al-Hayat.

Les hommes de la commission, très redoutée par la population, se verront "interdire les perquisitions sans autorisation préalable du gouverneur", a-t-il ajouté.

"Aucun membre de la Commission n'aura le droit de se poster devant les centres commerciaux, ni d'empêcher l'entrée de quiconque", a dit cheikh Al-Cheikh dans une déclaration publiée par Okaz, un autre quotidien saoudien, en référence à une pratique qui visait à rechercher des femmes pas correctement voilées ou des couples non mariés.

Les membres de la police religieuse ont adopté un profil bas depuis la nomination en janvier de cheikh Al-Cheikh comme leur chef. Ce dernier a déjà renoncé à la contribution de "volontaires", souvent accusés d'abus, et a mis fin à l'utilisation de voitures banalisées lors de patrouilles.

Il est connu pour ses positions modérées concernant la mixité, qu'il ne prohibe pas lorsqu'elle n'enfreint pas les règles islamiques, alors que le royaume impose une stricte ségrégation des sexes.

L'Arabie saoudite est le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire. Elles ne peuvent non plus voyager sans l'autorisation d'un tuteur.

str/tm/vl