NOUVELLES
02/10/2012 04:10 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Violent pilonnage de la région de Damas, renforts de l'armée à Alep (ONG)

L'armée syrienne a violemment bombardé mardi à l'aube plusieurs localités de la province de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et envoyé des renforts à Alep, enjeu majeur du conflit, selon la presse officielle.

A Douma, ville rebelle au nord-est de la capitale, au moins six civils ont été tués dans des bombardements et par des tirs des forces gouvernementales, selon l'OSDH.

Parallèlement, six soldats ont été tués dans une attaque lancée par les rebelles contre un centre médical dans la ville où sont stationnés les militaires. "L'armée a transformé ce centre en caserne et ses snipers y étaient positionnés", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH.

Une vidéo postée par des militants parle de l'"exode" des habitants de Douma en raison des bombardements et montre plusieurs véhicules, à bord desquels on peut apercevoir des femmes, sur une route en pleine nuit.

Le quotidien officiel al-Baas évoquait mardi l'approche de "la fin des opérations de sécurité dans l'ensemble de la province de Damas".

Les forces gouvernementales "ont détruit de nombreux stocks d'armes et saisi de grandes quantités de munitions et d'équipements dont des mitrailleuses fabriquées en Israël, ce qui augure de l'approche de la fin des opérations de sécurité dans l'ensemble de la province de Damas", écrit le journal.

Citant des habitants de Douma, le quotidien proche du pouvoir al-Watan a indiqué que Douma "connaît la plus violente opération (de l'armée contre les rebelles) depuis le début de la crise, signe de la détermination de l'armée à y écraser les hommes armés".

La ville de Zabadani, autrefois une destination touristique importante pour ses vues panoramiques et son climat doux, a été également bombardée à l'aube alors qu'elle est assiégée depuis des mois par l'armée.

Toujours dans la région de Damas, la localité de Yabroud a été violemment bombardée à l'artillerie lourde et au mortier, selon les Comités locaux de coordination (LCC), un réseau de militants.

Au moins 44 personnes -25 civils, 13 rebelles, 6 soldats- ont été tuées mardi à travers le pays, selon un bilan provisoire de l'OSDH, qui se base sur un large réseau de militants et de médecins à travers le pays et dont les bilans dépassent chaque jour la centaine de morts.

A Alep (nord), deuxième ville du pays, des bombardements ont visé les quartiers de Hanano City, Bab al-Nasr et Seif al-Dawla, faisant des blessés, de même que les localités al-Atareb, Labesmo et Kaframa, d'après l'OSDH.

De violents affrontements se déroulaient également dans d'autres quartiers d'Alep et dans sa province.

Par ailleurs, les corps de 15 jeunes hommes ont été retrouvés mardi dans le quartier al-Zahra, annonce l'ONG.

Lundi, de violents combats entre soldats et rebelles se sont déroulés aux abords des souks d'Alep, joyau historique classé par l'Unesco dans la métropole du nord.

"De nouveaux renforts sont arrivés pour soutenir les unités de l'armée déployées dans la ville et qui combattent des hommes armés désormais fatigués et qui commencent à fuir vers leurs villes et villages dans la province d'Alep et ailleurs", écrit al-Watan mardi.

"Ceci est un signe de la détermination de l'armée syrienne pour gagner au plus vite la bataille d'Alep", ajoute-t-il.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), deux civils ont péri dans le bombardements de villages où sont retranchés des rebelles. Plus au sud à Homs, des bombardements ont visé la localité Ghanto et un enfant a été tué par un tireur embusqué.

Dans la région de Deraa (sud), neuf combattants rebelles ont péri dans une explosion près de la frontière syro-jordanienne et au moins dix civils ont péri pour la plupart dans un camp de réfugiés dans la ville même de Deraa.

Lundi, près de 160 personnes ont péri et la journée a été marquée par des raids aériens qui ont coûté la vie à au moins huit enfants dans cette région.

ram-rim-rm/sw