NOUVELLES
02/10/2012 02:23 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Manifestation au Caire pour une Constitution protégeant les femmes

Environ 200 personnes ont manifesté mardi dans le centre du Caire pour exiger que la nouvelle Constitution protège les droits des femmes, des fuites portant sur des parties du texte en cours d'élaboration ayant provoqué des inquiétudes parmi les femmes et les militants.

Les manifestants, hommes et femmes, se sont rassemblés devant le siège du Conseil de la Choura, la chambre haute du Parlement où les 100 membres de l'assemblée constituante tiennent leurs réunions.

"Les voix des femmes ne sont pas entendues au sein de l'assemblée constituante", proclamait une pancarte.

De nombreuses voix se sont élevées contre l'opacité qui entoure l'élaboration de la nouvelle Constitution, mais des parties du texte ayant filtré dans la presse locale laissent deviner un débat houleux entre les islamistes, qui sont en position de force, et les laïcs sur la place de la religion dans le texte.

L'article 36 inquiète particulièrement les militants des droits des femmes: selon les fuites, il cherche faire passer l'âge légal du mariage en-dessous de 18 ans, à légaliser les mutilations génitales féminines et à limiter le droit des femmes à l'éducation et au travail.

"Cette Constitution, en particulier l'article 36 (...), est dangereuse pour les droits des femmes", a dénoncé la militante politique Inas Mekkawi, l'une des organisatrices de la manifestation mardi.

"Tous les articles qui ont fait l'objet de fuites sont terrifiants", a déclaré Sabah Fawwaz Ibrahim, les cheveux couverts d'un foulard islamique mais assurant n'appartenir à aucun camp. "La Constitution est élaborée dans le secret. Ils vont la rédiger puis aller dans les mosquées et dire aux gens de voter oui" lors du référendum prévu.

iba-jaz/fc/cnp