NOUVELLES
02/10/2012 11:34 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Liban: un journaliste torturé, détenu pendant près d'un mois (RSF)

Un journaliste collaborant avec plusieurs médias internationaux a été détenu pendant près d'un mois au Liban par les services de sécurité et torturé, dénonce mardi dans un communiqué Reporters sans frontières (RSF).

Arrêté le 30 août et soupçonné d'avoir acheté des armes, Rami Aysha a été libéré sous caution le 27 septembre et attend son procès devant un tribunal militaire, précise l'ONG basée à Paris.

M. Aysha, qui collabore avec Time Magazine, Time ou encore Spiegel Online, a expliqué à RSF qu'il se trouvait dans la banlieue sud de Beyrouth où il enquêtait sur un trafic d'armes lorsqu'il a été enlevé par "douze personnes".

"Ils m'ont menotté et bandé les yeux (...). Ils m'ont frappé, et (...) torturé pendant près de trois heures. Ils ont placé un pistolet sur ma tempe et m'ont demandé de quel côté je préférais recevoir la balle", a-t-il raconté, ajoutant avoir aussi eu un index fracturé.

"J'ai ensuite été remis aux services de renseignements (...). Ils ont continué à me frapper avant de m'interroger (...). Ils n'arrêtaient pas de m'insulter moi et le fait que j'étais journaliste", a-t-il ajouté.

Après une ou deux heures, "j'ai été transféré à la police militaire, où là encore, j'ai été battu, avant d'être interrogé", a dit M. Aysha.

"Je ne sais même pas exactement les charges qui pèsent contre moi. Au début, j'étais poursuivi pour +contrebande d'armes+, puis +trafic d'armes+. Aujourd'hui, je crois que c'est pour +achat d'armes+. J'attends le procès", a poursuivi le journaliste.

RSF a demandé aux autorités libanaises d'ouvrir une enquête sur ces exactions.

Selon the Committee to Protect Journalists (CPJ), M. Aysha a été capturé par le puissant mouvement chiite Hezbollah, qui domine le gouvernement.

"Le journaliste a fréquemment couvert le trafic d'armes du Liban vers la Syrie voisine, ce qui pourrait être la raison de sa détention", avait estimé mi-septembre cette ONG basée à New York.

Le Liban est profondément divisé entre partisans du régime du président syrien Bachar al-Assad comme le Hezbollah, et ses détracteurs.

ser/am/vl/fc