NOUVELLES
02/10/2012 04:15 EDT | Actualisé 02/12/2012 05:12 EST

Commission Charbonneau: l'Ordre des ingénieurs demandera au syndic d'enquêter

MONTRÉAL - L'Ordre des ingénieurs du Québec demandera à son syndic d'enquêter sur les ingénieurs dont l'intégrité est mise en doute devant la Commission Charbonneau.

«Il est clair qu'en tant que président, je vais demander à ce que l'on fasse des enquêtes sur les ingénieurs qu'on a pointés du doigt», a indiqué le président de l'Ordre, Daniel Lebel, lors d'une entrevue à La Presse Canadienne mardi après-midi.

M. Lebel a toutefois reconnu qu'il n'avait pas été renversé par les révélations parfois explosives visant certains de ses membres devant la commission.

«Nous ne sommes pas surpris», a-t-il admis avec candeur, rappelant que l'Ordre avait été parmi les premiers organismes à réclamer un processus d'enquête publique.

«Nous voulions faire la lumière sur cette industrie et nous sommes à la faire avec la Commission Charbonneau», a-t-il ajouté.

Il a précisé que des signaux d'alarmes inquiétants étaient apparus sur le radar de l'Ordre il y a quelques années.

«Depuis 2009, nos demandes d'enquête augmentent de façon significative. Nous sommes passés d'environ 80 enquêtes en 2008-2009 à 436 en 2011-2012 et, sur le total, environ le tiers correspondent à des allégations de corruption ou de financement des partis politiques. Ce sont des indicateurs assez clairs et c'est pourquoi l'Ordre des ingénieurs s'est rapidement positionné sur une enquête publique.»

Daniel Lebel se réjouit de voir la Commission crever l'abcès car il est essentiel, selon lui, de redorer le blason de la profession.

Il estime que les nombreuses rumeurs et allégations entachent la réputation des quelque 62 000 membres de l'Ordre dont l'écrasante majorité oeuvre en respectant les règles, selon lui.