NOUVELLES
01/10/2012 01:06 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Union bancaire: Hollande plaide pour que la zone euro apporte des "garanties"

PARIS - PARIS (Sipa) — François Hollande a plaidé lundi pour que des "garanties" soient apportées par les pays de la zone euro, en vue d'aboutir à l'union bancaire, projet qui doit être discuté lors du conseil européen des 18 et 19 octobre, et qui suscite des réticences de la part de certains pays comme la Suède.

Lors d'une rencontre lundi à l'Elysée, le président français et le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, ont évoqué la "perspective de l'union bancaire", "avec le souci de faire que les pays qui ne sont pas membres de la zone euro -c'est le cas de la Suède- puissent intégrer ce processus tout en respectant un certain nombre de principes et de règles", a relaté M. Hollande à l'issue cet entretien d'environ une heure.

"Le Premier ministre suédois veut avoir des garanties", a poursuivi M. Hollande, alors que le chef du gouvernement suédois a ouvertement fait part de ses réticences sur l'union bancaire et la supervision des banques, envisagées au niveau européen.

"Il ne veut pas, et pas plus que nous, que les citoyens de nos pays soient amenés à participer à des renflouements de banques dont ils ne seraient pas responsables. Donc, nous devons avoir des règles bien précises, des garanties qui doivent être apportées et les pays de la zone euro ont une responsabilité particulière", a estimé le président français.

"La Suède peut avoir une attitude qui peut être plus distante dans un premier temps pour ensuite nous rejoindre dans un second temps", a-t-il ajouté, souhaitant que le processus soit lancé lors du prochain conseil européen, et confirmé "dès la fin de l'année".

"Sur l'Europe, nous sommes conscients que nous devons donner plus de place à la croissance, dès lors que le sérieux budgétaire a été confirmé. La Suède ayant montré l'exemple, ce qui lui permet désormais de soutenir l'activité économique à travers un plan d'investissement. C'est un très bel exemple de ce que l'Europe doit faire", a encore souligné le chef de l'Etat.

AP-sc/sb