NOUVELLES
01/10/2012 12:02 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

L'idée du plafond, la mort du V6

Bernie Ecclestone est en croisade. Il veut convaincre le président de la FIA de repousser, voire laisser tomber, l'arrivée du moteur V6 turbo prévu pour 2014. Pour des questions d'image et de budget.

Les manufacturiers Mercedes-Benz, Ferrari et Renault travaillent sur deux programmes-moteur en ce moment, la fiabilisation du moteur V8 atmosphérique actuel et le développement du nouveau moteur turbo V6, imposé par la FIA en 2014.

Une décision de la FIA qui veut rendre la F1 plus verte et plus économique. Mais les coûts pour les équipes seront plus élevés que prévu. Or, la F1 est au coeur d'un exercice de compression budgétaire qui devrait aboutir sur l'instauration d'un plafond budgétaire.

Au sujet du moteur, Bernie Ecclestone dit à qui veut l'entendre que la musique du nouveau V6 turbo est atroce et qu'il ferait du tort à l'image de la F1.

« J'ai écouté le son de ces moteurs à Maranello (siège de Ferrari), l'autre jour. J'ai écouté le nouveau moteur et l'ancien moteur et même Luca di Montezemolo (président de Ferrari) m'a dit qu'il n'aimait pas, qu'il trouvait le son atroce », a expliqué M. Ecclestone.

De plus, les promoteurs qui veulent remplir leurs gradins ont besoin d'avoir tous les éléments en place pour attirer le public. Et selon Ron Walker, promoteur du Grand Prix d'Australie, le son des moteurs est un élément clé du succès populaire de la F1.

« Si nous n'avons pas la garantie que la sonorité demeure la même, alors les circuits vont soutenir Bernie dans sa requête pour conserver les moteurs actuels », a-t-il dit.

Le patron de la commercialisation de la F1 précise que ces nouveaux moteurs vont coûter plus cher aux équipes que les moteurs utilisés présentement, ce qui va à l'encontre des préoccupations actuelles.

Il tente de convaincre le président de la FIA de renverser la décision, malgré tout le travail et l'argent investis par les trois manufacturiers.

« Jean Todt va nous débarrasser de cela, croit M. Ecclestone. Je pense que Luca aimerait que ce soit reporté de deux à trois ans. Je pense que ce serait une décision sensée, car les moteurs que nous avons actuellement coûtent moins cher de 30%. »

Ces nouveaux moteurs seront pourtant moins gourmands en essence, ce qui rejoint une des missions de la FIA de rendre la course automobile plus verte.

Mais l'autre mission de la FIA, c'est de rendre la F1 plus économique, et là, on est loin du compte. Si ces moteurs V6 turbo coûtent plus cher de 30 %, certaines équipes ne pourront pas survivre.

Si on en croit Bernie Ecclestone, les équipes de F1 seraient sur le point de s'entendre sur l'idée et la mise en place d'un plafond budgétaire global, laissant aux équipes la liberté de faire leurs propres choix avec l'argent disponible.

« Il devrait y avoir un montant maximum, incluant les pilotes, a expliqué M. Ecclestone au quotidien britannique Express. Un plafond. Les équipes pourraient dépenser plus pour le châssis ou les pilotes ou les motorhomes (installations temporaires dans les paddocks).

« À partir du moment où nous nous entendons sur une baisse des coûts pour être compétitif, ajoute-t-il, car une équipe qui arrive en F1 ne devrait pas être désavantagée par rapport à celles qui ont beaucoup de budget. »

L'ancien président de la FIA, Max Mosley, avait proposé en 2009 un plafond budgétaire de 50 millions de dollars américains. Montant irréaliste, repoussé par les équipes, qui ont toutefois réfléchi au problème. Multipliez par trois et vous obtenez un montant plus réaliste pour assurer la viabilité de la F1.

La F1 aura bientôt son plafond budgétaire, si on se fie à Bernie Ecclestone qui en a fait un de ses combats... avec la mise au rencart du V6 turbo.

Ce qui explique sans doute la décision de Craig Pollock de mettre fin au projet PURE.