NOUVELLES
01/10/2012 06:27 EDT | Actualisé 01/12/2012 05:12 EST

Boire de l'alcool peut accroître le risque d'arythmie chez les 60 ans et plus

TORONTO - Même une consommation modérée d'alcool peut faire courir le risque aux adultes aux prises avec une maladie cardiaque ou le diabète de développer une forme courante d'arythmie, selon une nouvelle étude.

La recherche, publiée lundi dans le Journal de l'Association médicale canadienne, laisse entendre que les gens âgés de 60 ans et plus qui ont déjà subi une crise ou une attaque du coeur, qui vivent avec le diabète de type 2 ou qui souffrent d'artériosclérose devraient surveiller leur consommation d'alcool.

L'étude avait pour but de vérifier la corrélation entre le nombre de verres d'alcool consommés de manière hebdomadaire par les sujets et la présence de fibrillation auriculaire, la plus fréquente forme d'arythmie. Elle a été menée sur une période moyenne de quatre ans et demi auprès de 30 000 adultes provenant de 40 pays. L'âge médian des sujets étaient de 66 ans.

Les résultats de la recherche montrent que, parmi ceux buvant moins d'un verre d'alcool par semaine, 14,5 cas sur 1000 présentaient des symptômes de fibrillation auriculaire, contre 17,3 pour ceux consommant entre 1 et 14 verres et 20,5 pour ceux qui en boivent de 14 à 21.

La recherche ne confirme toutefois pas un lien de causalité entre une consommation d'alcool accrue et un taux élevé de fibrillation auriculaire, mais elle établit clairement une association entre les deux phénomènes.

L'un des auteurs de la recherche, le Dr Koon Teo, qui enseigne la médecine à l'université McMaster, à Hamilton, admet que ces résultats peuvent causer une certaine confusion dans le grand public, qui entend depuis des années qu'un ou deux verres d'alcool par jour, loin d'être nuisible pour le coeur, représente en fait une bonne habitude.

«J'aurais tendance à dire à mes patient qu'un verre ou deux par jour, c'est quand même mieux que deux ou plus», affirme-t-il.

Les personnes aux prises avec des problèmes d'arythmie voient leur coeur battre de manière irrégulière.

Ceux qui souffrent de fibrillation auriculaire ont l'impression que leur coeur bat très vite, ont le souffle haletant ou ressentent des étourdissements. Ils courent en général un risque de trois à cinq fois plus élevé de subir une crise cardiaque que ceux qui n'ont pas ce genre de problème.

Selon la Fondation des maladies du coeur du Canada, environ 350 000 personnes sont atteintes de fibrillation auriculaire au pays.