VIDEO
30/09/2012 01:36 EDT | Actualisé 29/11/2012 05:12 EST

Première nuit au Canada en plus de 10 ans pour Omar Khadr

Omar Khadr a passé la nuit dans une prison canadienne à sécurité maximale, après 10 ans à dormir dans les geôles de Guantanamo. Le jeune homme a été rapatrié au Canada samedi matin.

Son rapatriement a été confirmé par le ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews. « Cela a été fait en vertu d'une décision que j'ai prise plus tôt cette semaine », a-t-il déclaré.

Le ministre a précisé qu'Omar Khadr a été transporté de Guantanamo Bay, à Cuba, jusqu'à la base canadienne à bord d'un avion du gouvernement américain. L'appareil a atterri au Canada à 7 h 40 du matin.

Arrivé samedi matin à la base militaire de Trenton, en Ontario, Omar Khadr a été transféré à la prison à sécurité maximale de Millhaven, à Bath, non loin de Kingston, a précisé Vic Toews. Il y purgera le reste de sa peine d'emprisonnement pour crimes de guerre.

L'homme de 26 ans aurait appris la nouvelle de son rapatriement mercredi. Dernier ressortissant d'un pays occidental à être emprisonné à Guantamo, Omar Khadr pouvait être transféré au Canada depuis un an.

« Il a de la difficulté à croire que cela s'est réellement produit. Son moral est bon », a affirmé John Norris, un des avocats d'Omar Khadr. « Il est très, très content d'être de retour chez lui », a-t-il ajouté.

Le ministre Toews a indiqué dans une brève déclaration que le reste de la sentence d'Omar Khadr sera géré par les services correctionnels canadiens. Ils devront déterminer le nombre d'années que le détenu devra encore passer derrière les barreaux, Khadr devant toujours purger six des huit années d'emprisonnement auxquelles il a été condamné.

Omar Khadr est admissible à une demande de libération conditionnelle à partir de l'année prochaine.

« Je suis certain qu'ils [les services correctionnels] sauront gérer le cas d'Omar Khadr en tenant compte de la gravité de ses crimes, tout en assurant la sécurité des Canadiens », a ajouté Vic Toews, soulignant que Omar Khadr est « un partisan connu du réseau terroriste al-Qaïda et un terroriste condamné ».

La déclaration du ministre a surpris l'avocat du détenu John Norris. « Nous ne comprenons pas pourquoi le gouvernement continue de diaboliser Omar et de monter l'opinion publique contre lui », a-t-il observé, estimant que « la justice a enfin triomphé de la politique ».

Le Canada critiqué pour avoir retardé le transfert de Khadr

Les États-Unis avaient fait une demande formelle au Canada pour le rapatriement d'Omar Khadr en avril dernier. Le gouvernement canadien a été montré du doigt pour avoir retardé le dossier, ce que le ministère des Affaires étrangères a toutefois nié.

Dans un document officiel (voir ci-dessous), Vic Toews explique qu'il n'avait pas tous les éléments en main pour l'aider à « délibérer ». Il lui aurait ainsi manqué une cassette vidéo d'un entretien entre le détenu et un médecin, qui aurait dû être comprise dans la demande de transfèrement des États-Unis.

Brydie Bethell, l'une des avocats d'Omar Khad, affirme pour sa part que son client est rentré au Canada notamment grâce à l'offensive judiciaire savamment orchestrée par ses avocats.

« Nous pensons que le ministère savait qu'il serait en mauvaise posture devant un tribunal et que nous gagnerions [...]. Le ministre a sans doute finalement reçu de bons conseils juridiques et voilà le résultat », explique-t-elle à l'AFP.

En juillet 2002, Omar Khadr a été capturé par les forces spéciales américaines, à la suite d'une bataille qui a mené à la mort du sergent Christopher Speer. Il avait alors 15 ans.

En octobre 2010, il plaidait coupable à cinq accusations de crimes de guerre devant un tribunal militaire et était condamné à huit ans de prison. Khadr devait purger une année de sa peine à Guantanamo, et les autres, au Canada.

Le document officiel du gouvernement concernant le rapatriement d'Omar Khadr

280912 Decision OK FR

La déclaration du ministre Vic Toews (la version française suit la version anglaise)

Toews Statement - Bilingual_FINAL