NOUVELLES
30/09/2012 12:29 EDT | Actualisé 30/11/2012 05:12 EST

Manifestation contre la fermeture de l'unique centrale nucléaire du Québec

Une centaine de personnes ont manifesté dimanche contre la fermeture de l'unique centrale nucléaire du Québec, dont la remise en état est estimée à 4,3 milliards de dollars.

"Le gouvernement a fait son lit, mais nous, à Bécancour, on veut être informé, écouté, respecté et supporté", a déclaré dans un communiqué la maire de la ville de Bécancour (nord-est de Montréal), Gaétane Désilets, réitérant sa demande de rencontrer la Première ministre du Québec, Pauline Marois, qui a promis de fermer la centrale.

Dans un rapport confidentiel publié samedi par le quotidien Le Devoir, le producteur public d'électricité Hydro-Québec a aussi recommandé la fermeture de la centrale, estimant sa réfection à 4,3 milliards de dollars canadiens (3,4 milliards d'euros).

Pour Hydro-Québec, la poursuite de l'exploitation de la centrale entraînerait un déficit annuel de 215 millions de dollars canadiens (170 millions d'euros).

Ouverte en 1983, la centrale Gentilly-2 a été arrêtée depuis fin juillet en raison d'une panne. Le remplacement de son réacteur avait été évalué en 2008 à 1,9 milliard de dollars canadiens (1,5 milliard d'euros).

La majeure partie de l'électricité du Québec provient des immenses barrages hydro-électriques du nord de la province, Gentilly-2 ne contribuant que pour environ 2% de la production totale.

amch/are