NOUVELLES
30/09/2012 12:45 EDT | Actualisé 30/11/2012 05:12 EST

Crise au Mali: le chef de l'Africom privilégie une solution politique

La solution à la crise dans le nord du Mali, occupé par des islamistes, ne peut être que "politique", a estimé dimanche à Alger le général Carter Ham, haut commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom) tout en évoquant l'éventualité d'une "aide militaire".

"La situation au nord du Mali ne peut être réglée que de manière diplomatique ou politique. Il y a une composante militaire qui fera partie d'un tout et jouera un rôle bien précis dans la résolution de ce conflit", a dit le général lors d'une conférence de presse.

"En raison de la présence de groupes terroristes dans la région une aide militaire peut être requise", a-t-il précisé.

"La seule alternative qui ne pourrait pas exister, c'est la présence militaire américaine dans le nord du Mali", a ajouté Carter Ham dont les propos en anglais étaient traduits en français par un interprète de l'ambassade américaine.

A la question de savoir si Washington allait s'opposer au déploiement d'une force militaire la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), le général Ham a répondu: "on ne sait pas encore, il n'y a pas de détails concrets concernant cette question.

"S'il y a une autorisation d'une intervention militaire, les Etats-Unis étudieraient la question, actuellement le sujet n'est pas vraiment clair", a-t-il précisé.

"L'un des aspects clés dans la résolution de la crise malienne, c'est de faire la distinction entre les groupes armés dans cette région et définir ceux qui sont terroristes et ceux qui ne le sont pas", a ajouté le patron de l'Africom.

Washington "essaie de comprendre le rôle du Mujao (mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), du MNLA (rebelles touareg indépendantistes) et d'Ansar Dine (défenseurs de l'islam)", a-t-il dit.

Selon lui, "il y a d'autres défis au nord du Mali qu'il faudrait résoudre, à commencer par la mise en place d'un gouvernement légitime à Bamako".

Il a également évoqué "la nécessité de faire face aux préoccupations des populations au nord du Mali".

Ansar Dine est, avec le Mujoa, allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Les trois groupes armés occupent depuis fin mars tout le nord du Mali.

abh/sw