NOUVELLES
29/09/2012 06:46 EDT | Actualisé 29/11/2012 05:12 EST

Moyen-Orient : Romney accuse Obama d'être passif

À 38 jours de l'élection présidentielle américaine, le candidat républicain Mitt Romney accuse le président Barack Obama de ne pas avoir adopté une politique suffisamment ferme sur le Moyen-Orient.

« La politique étrangère du président Obama est une politique de passivité et de déni », affirme Mitt Romney dans sa baladodiffusion hebdomadaire mise en ligne samedi.

Selon l'ancien gouverneur du Massachussets, cette « passivité » aurait provoqué le « chaos » dans la région du Moyen-Orient, où des violences antiaméricaines ont éclaté après la diffusion d'un film islamophobe sur Internet, le 11 septembre dernier.

« Nous voyons une réaction confuse, lente et inconsistante à l'attaque terroriste en Libye, un refus d'être franc avec les Américains à propos de ce qui est arrivé, et un échec complet dans l'explication de la menace terroriste grandissante à laquelle nous sommes confrontés dans la région », soutient Mitt Romney.

L'opposition républicaine accuse le président d'avoir minimisé la mort de l'ambassadeur Christopher Stevens lors d'une attaque contre le consulat américain à Benghazi, en Libye, et de l'avoir trop tardivement attribué à Al-Qaida.

Selon le candidat républicain, les propos du président, qui déclarait récemment que les violences dans la région étaient « des obstacles sur la route », révèlent qu'il ne « connaît pas vraiment la gravité des enjeux auxquels nous sommes confrontés au Moyen-Orient » et mettent en péril la sécurité des États-Unis.

Mitt Romney s'est attiré de son côté de vives critiques, y compris dans son propre camp, après avoir accusé Barack Obama de sympathies pour les extrémistes musulmans.

Samedi, les candidats à la présidentielle américaine prenaient une pause de la campagne électorale, juste avant le premier de trois débats télévisés qui aura lieu le 3 octobre à Denver, au Colorado, un État clé de ces élections.