NOUVELLES
28/09/2012 09:15 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Ressources naturelles : nouveau partage des retombées en Minganie

Après deux ans de pourparlers, les municipalités de la MRC de la Minganie s'entendent sur une formule de partage des retombées issues de l'exploitation des ressources naturelles.

Dorénavant, les élus de la Minganie n'auront plus à débattre sur le partage des revenus et dépenses d'un projet forestier, éolien ou de minicentrale.

La municipalité hôtesse touchera 25 % des retombées du projet, Havre-Saint-Pierre presque autant comme chef-lieu, 5 % ira dans un fonds régional, 5 % pour la MRC et 5 % pour les autres municipalités. Le préfet Julien Boudreau se félicite de cette entente : « On sait qu'avec cette position régionale, c'est l'ensemble des municipalités qui va en bénéficier. »

Sept des huit municipalités ont appuyé la politique. Toutefois, Rivière-au-Tonnerre qui voulait que le projet de minicentrale en cours de construction sur la rivière Sheldrake, à la Courbe-du-Sault, échappe à la nouvelle répartition, s'y est opposé.

Le maire de Rivière-au-Tonnerre, Jeannot Boudreau, rappelle que le projet a été relancé après le moratoire imposé par l'ancien premier ministre Bernard Landry sur la construction de barrages de moins de 50 mégawatts (MW). Alors, se demande-t-il, pourquoi inclure Sheldrake? « Le projet Sheldrake, il est là depuis 1998. On aurait très bien pu, unanimement, accepter la politique énergétique pour tous les projets à venir », fait valoir Jeannot Boudreau.

La construction de la centrale Sheldrake sera complétée au début de l'an prochain. Les premières redevances à la MRC et aux autres municipalités seront versées à compter du printemps 2013.