NOUVELLES
28/09/2012 01:50 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Quatre États américains se prononceront sur le mariage gai le 6 novembre

MINNEAPOLIS - Dans une publicité électorale diffusée aux États-Unis, un couple marié parle affectueusement d'un couple de lesbiennes qui vient d'emménager dans le quartier. Dans une autre, un couple marié souhaite que sa fille lesbienne soit traitée comme tout le monde, et dans une troisième, c'est un pasteur qui soutient le mariage des homosexuels.

Ces publicités ont toutes été diffusés récemment dans les quatre États américains appelés à se prononcer sur le mariage pour tous en novembre. Pourtant, dans six de ces publicités sur sept, les gais sont invisibles: il ne faut pas effrayer le public, même si l'on voit de plus en plus d'homosexuels à la télévision, notamment dans des séries populaires comme «Modern Family» ou «Glee».

«Les électeurs modérés que nous devons convaincre pour remporter quelques-uns de ces référendums sont quand même ceux qui trouvent les gais dégoûtants», explique Andy Szekeres, homosexuel lui-même et consultant en financement électoral à Denver, au Colorado. Ayant travaillé sur plusieurs campagnes dans différents États, il a eu accès aux données sur les publics ciblés. «On ne cherche pas à mettre les gens mal à l'aise avec une publicité télévisée», précise-t-il.

Les spécialistes de la stratégie médiatique travaillant pour les organisations de promotion des droits des homosexuels espèrent ainsi mettre fin à une série noire de 32 défaites consécutives dans les urnes. Quatre États seront consultés sur la définition du mariage lors des élections du 6 novembre, soit le Maine, le Maryland, le Minnesota et l'État de Washington.

Mais cette absence des homosexuels dans les publicités électorales qui les concernent fait débat sur les blogues des militants, dont certains soulignent que c'est contradictoire avec la notion de visibilité mise de l'avant par le mouvement de défense des droits des homosexuels depuis des années.

«Si on ne se montre pas, les gens ne seront jamais à l'aise avec ce que nous sommes», déplore Wayne Besen, directeur du groupe Truth Wins Out du Vermont, qui milite pour que les homosexuels vivent sans se cacher.

Selon l'organisation Human Rights Campaign, 37 États américains interdisent le mariage des couples homosexuels tandis que six, dont le district de Columbia, l'ont légalisé. Les militants de la cause gaie et leurs alliés espèrent que la moindre victoire en novembre donnera un nouvel élan à leur combat.

La plupart des publicités actuelles, comme celles de la campagne de 2008 en Californie ou dans d'autres États par le passé, mettent en scène des hétérosexuels qui expliquent comment l'interdiction de se marier prive leurs proches ou amis homosexuels de certains droits et de certaines chances.

La première publicité diffusée par le groupe Minnesotans United for All Families, qui milite pour le «non» au référendum sur l'interdiction du mariage des homosexuels dans le Minnesota, vise les parents. On y voit Kim et John Canny, hétérosexuels, catholiques et républicains, parents de trois filles, expliquer comment ils en sont venus soutenir le mariage des homosexuels depuis qu'un couple de lesbiennes et leur fils adoptif ont emménagé dans le quartier. Le couple de lesbiennes apparaît brièvement dans le clip, mais elles ne parlent pas.

Les militants gais qui ont travaillé sur ces campagnes estiment qu'il vaut mieux que les homosexuels restent en retrait pour gagner l'opinion publique à leur cause.

«La vérité, c'est tout simplement que nous essayons de faire basculer dans notre camp des gens qui ne sont pas encore de notre côté», explique Matt McTighe, qui a dirigé la campagne de légalisation du mariage gai dans le Maine.

«Je suis gai et j'ai pu constater qu'une publicité qui me touche ne va pas forcément changer l'état d'esprit de l'électeur moyen sur les gais ou les lesbiennes», ajoute-t-il.

Pour Bil Browning, écrivain et militant de la cause gaie, cette stratégie a montré ses limites, puisqu'aucun des 32 États consultés dernièrement n'a voté en faveur du mariage des couples gais.

«Il est peut-être temps de réévaluer ces stratégies et y inclure notre famille, celle des LGBT» (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres), dit-il. «Nous ne gagnerons jamais si nous ne nous montrons pas. On dirait qu'on a quelque chose à cacher, alors que ce n'est pas le cas», analyse-t-il.

En mai 2011, un sondage du Pew Research Center montrait que 58 pour cent des Américains estimaient que les gais devaient être acceptés dans la société et que 45 pour cent étaient favorables à l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, contre 35 pour cent deux ans auparavant.

Les organisations opposées au mariage gai lanceront bientôt leur campagne télévisée dans les quatre États consultés en novembre.