NOUVELLES
28/09/2012 03:37 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Pas le scénario souhaité

BROSSARD - Louis Leblanc se préparait à défendre sa position dans la Ligue nationale. Frédéric St-Denis aussi.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Au lieu de livrer une lutte à Tomas Plekanec, David Desharnais, Raphael Diaz et Yannick Weber, Leblanc et St-Denis seront plutôt les hommes à battre au camp préparatoire des Bulldogs de Hamilton.

« Cet été, je n'avais pas de doutes, je savais que j'allais jouer avec le Canadien et je n'ai aucun doute que je suis capable de faire ma place, a assuré St-Denis, vendredi, à l'ouverture du camp. C'est décevant, mais ce sont des choses que tu ne contrôles pas. Ce que je contrôle, c'est ma progression et quand le lock-out va finir, ce sera à moi de faire ma place. »

« On a de nouveaux entraîneurs qui ont tous joué dans la Ligue nationale, j'ai hâte d'apprendre. Ça aurait été le fun de commencer dans la LNH, mais je dois apprendre et continuer mon développement », a ajouté Leblanc.

Le résultat est que les Leblanc, St-Denis, Aaron Palushaj et Mike Blunden, des joueurs qui ont tous vécu l'expérience LNH pendant une quarantaine de matchs (sauf St-Denis, qui en a disputé 17), se retrouveront dans une Ligue américaine plus relevée. Adam Henrique (Devils), Ryan Nugent-Hopkins et Jordan Eberle (Oilers), tous dominants la saison dernière dans la grande ligue, vont parfaire leur apprentissage dans la LAH.

« Je vais travailler aussi fort que si j'étais avec le Canadien, a assuré St-Denis. Je veux m'améliorer chaque jour. Si je peux aider les plus jeunes comme (Nathan) Beaulieu, (Jarred) Tinordi et (Morgan) Ellis, ce sera un plus pour eux. Et pour moi aussi, je peux apprendre d'eux. Ce sera bien d'échanger avec eux, ils ont joué à la Coupe Memorial, ils ont gagné en série. »

Sur papier, St-Denis aurait amorcé la saison à titre de neuvième défenseur du Canadien, derrière les sept qui ont en poche un contrat à un volet, en plus de P.K. Subban. Leblanc, lui, aurait lutté avec Petteri Nokelainen pour un rôle de 13e attaquant, avec le retour en santé de la panoplie de blessés de la saison dernière.

Du nouveau personnel

Même s'ils ont déjà connu le hockey à Hamilton, les Leblanc, St-Denis et compagnie ne seront pas entièrement en territoire connu. Le grand ménage fait par le Canadien le printemps dernier signifie qu'ils devront se prouver à de nouvelles têtes dirigeantes.

Sylvain Lefebvre dirige maintenant l'équipe ontarienne, le sixième entraîneur de l'équipe depuis 2009 (Don Lever, Ron Wilson, Guy Boucher, Randy Cunneyworth, Clément Jodoin). Il sera secondé par Donald Dufresne. Seul l'assistant Wilson a été rescapé, tandis que Jodoin est demeuré dans la grande famille, mais avec le CH.

C'est sans oublier l'arrivée d'un nouveau décideur en la personne de Marc Bergevin.

« Chaque année, il faut recommencer, rappelle St-Denis. Mais c'est positif, ça peut seulement être un plus. C'est sûr que j'avais des affinités avec les deux Randy. Mais c'est ça, la business, il va toujours y avoir un roulement. »

St-Denis est aussi ravi par l'arrivée de Patrice Brisebois et de Martin Lapointe au développement des joueurs.

« C'est tôt pour m'avancer (sur les changements), mais juste de voir d'anciens joueurs avec beaucoup de vécu, que ce soit dans le coaching, comme DG, c'est vraiment un plus pour nous, c'est motivant. Pendant les tests physiques, Lefebvre, Lapointe nous regardent. T'as le goût de courir 4 km de plus quand tu sais qu'ils te regardent! »

À noter

Le camp s'amorçait vendredi avec des examens médicaux et neuropsychologiques, dans les installations du Canadien. Les joueurs se dirigent en fin d'après-midi vers Sherbrooke, où ils s'entraîneront jusqu'à mercredi.

Des 43 joueurs attendus, seul Patrick Holland ne s'est pas présenté, pour des raisons de transport. L'attaquant obtenu dans la transaction de Michael Cammalleri devrait toutefois retrouver ses coéquipiers sur la patinoire samedi.