NOUVELLES
28/09/2012 02:49 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Louis Leblanc est prêt à saisir l'occasion de briller davantage à l'attaque

BROSSARD, Qc - Reculer pour mieux avancer. C'est cet adage qu'aura en tête Louis Leblanc lorsqu'il donnera ses premiers coups de patins, samedi à Sherbrooke, à l'occasion de la première séance sur glace du camp d'entraînement des Bulldogs de Hamilton.

En raison du lock-out en vigueur dans la LNH, plusieurs joueurs ayant évolué avec le Canadien l'an dernier, mais toujours admissibles à séjourner dans les mineures, patineront sous les ordres de Sylvain Lefebvre, le nouvel entraîneur-chef du club-école du Tricolore. Outre Leblanc, les autres membres de ce groupe sont Frédéric St-Denis, Gabriel Dumont, Blake Geoffrion, Aaron Palushaj et Michael Blunden. Ceux-ci ont participé aux examens médicaux et tests physiques effectués vendredi au Complexe sportif Bell à Brossard, à l'instar des autres joueurs invités au camp des Bulldogs.

«C'est sûr que ç'aurait été plaisant de commencer dans la Ligue nationale, mais je vais poursuivre mon développement (dans la Ligue américaine), a souligné Leblanc, vendredi, après avoir relevé différents défis physiques sur le terrain de soccer du complexe brossardois. Je suis encore jeune, alors je veux continuer à apprendre.»

Leblanc, qui a disputé 42 matchs avec le CH la saison dernière, considère ce «retour» dans la LAH comme une occasion de montrer qu'il peut être un joueur plus menaçant offensivement qu'il ne l'a été jusqu'ici dans la LNH. Celui qui a amassé cinq buts et cinq aides dans le circuit Bettman l'hiver dernier évoluera sans doute au sein d'un des deux premiers trios des Bulldogs, alors qu'à Montréal il devait se contenter d'un temps de jeu limité au sein de la troisième ou quatrième unité à l'attaque.

«C'est normal de commencer au bas de l'échelon (dans la LNH) et c'est à moi de montrer que je peux évoluer au sein d'un des deux premiers trios», a dit Leblanc en affirmant qu'il voulait améliorer son jeu offensif, pour ensuite préciser qu'il désirait aussi profiter de ce séjour avec les Bulldogs pour améliorer tous les aspects de son jeu.

«Que ce soit en phase offensive ou défensive, il faut que tu sois bon dans toutes les situations, a ajouté l'athlète de Pointe-Claire, en précisant que Lefebvre ne lui avait pas encore fait savoir comment il entendait l'utiliser. Je veux apprendre des entraîneurs en place. Ils ont tous joué dans la Ligue nationale. Je veux ajouter d'autres éléments à mon coffre d'outils pour être fin prêt au moment où la Ligue nationale va reprendre ses activités.»

De son côté, St-Denis a reconnu qu'il s'est entraîné tout l'été en se voyant nulle part ailleurs que dans l'uniforme du Canadien. Reste qu'il ne changera pas son approche malgré ce retour forcé avec les Bulldogs.

«Ce n'est pas ce que j'avais prévu, mais je vais travailler aussi fort que si j'étais avec le Canadien. Je veux m'améliorer à chaque jour, a indiqué le défenseur de 26 ans, qui a pris part à 17 rencontres avec le CH en 2011-12. Je veux apprendre de toutes les personnes qui sont dans l'organisation, leur poser des questions. Mon approche, c'est vraiment en fonction du fait que je veux continuer de jouer dans la Ligue nationale.

«Je me concentre vraiment là-dessus. Je vais m'attarder aux détails, car ce sont ces petits détails-là qui vont me permettre de revenir dans la Ligue nationale.»

Blunden voit ce retour avec les Bulldogs comme une occasion de participer à un camp d'entraînement en bonne et due forme, ce qui risque de ne pas arriver aux joueurs de la LNH.

«Quand la LNH va reprendre ses activités, il va probablement y avoir les examens médicaux suivis de deux ou trois jours d'entraînement seulement, puis on passera tout de suite aux matchs, a noté celui qui a participé à 39 affrontements du Canadien la saison dernière. Alors c'est une occasion de se mettre en forme et d'être prêt lorsque ça recommencera.»

«Ce sera aussi une occasion de jouer devant un plus grand nombre de directeurs généraux et d'entraîneurs de la LNH, notamment le nouvel état-major du Canadien», a fait remarquer Palushaj.

«Il faudra créer une bonne première impression auprès de Marc Bergevin et du personnel d'entraîneurs de l'équipe, alors c'est un camp important pour tout le monde ici», a renchéri Leblanc.

Toutes les équipes de la LNH ayant affecté des joueurs de premier plan à leurs clubs-écoles, le niveau de jeu de la Ligue américaine sera plus relevé que jamais. Tous les joueurs, d'expérience ou non, y trouveront donc un bon défi à relever, selon St-Denis.

«La Ligue américaine est habituellement une ligue à caractère physique, a-t-il expliqué. Mais étant donné qu'il va y avoir plus de joueurs de talent, qui vont contrôler davantage la rondelle, le positionnement de chaque joueur, qu'il soit défenseur ou attaquant, va devenir encore plus important.»

Un seul des 43 joueurs invités au camp des Bulldogs manquait à l'appel en raison de problèmes de voyagement, vendredi, soit l'attaquant Patrick Holland. Il participera toutefois au premier entraînement sur glace, samedi matin, à Sherbrooke.

Des entraînements et des matchs intra-équipe seront tenus au Complexe sportif Thibault GM de Sherbrooke jusqu'au 2 octobre, puis les joueurs se retrouveront au Palais des sports Léopold-Drolet le lendemain.

La deuxième portion du camp aura lieu en Ontario, du 4 au 12 octobre. Le premier match du calendrier régulier des Bulldogs sera disputé le 13 octobre contre les Griffins à Grand Rapids, au Michigan.