NOUVELLES
28/09/2012 12:23 EDT | Actualisé 28/11/2012 05:12 EST

Les plaidoiries ont commencé au procès de Gabriel Nadeau-Dubois, accusé d'outrage au tribunal

Le procès pour outrage au tribunal de l'ex-porte-parole de la Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), Gabriel Nadeau-Dubois, se poursuit vendredi au palais de justice de Québec avec les plaidoiries des avocats des deux parties.

L'avocat de Jean-François Morasse a terminé sa plaidoirie en matinée. Il a tenté de prouver hors de tout doute que Gabriel Nadeau-Dubois a tenu des propos pour inciter au non-respect de l'injonction obtenu par son client. C'est maintenant au tour de l'avocat de l'accusé de présenter en ce moment sa plaidoirie.

Rappelons que l'ancien porte-parole de la CLASSE a plaidé non coupable aux accusations qui pèsent contre lui.

Si Gabriel Nadeau-Dubois est reconnu coupable d'outrage au tribunal, l'avocat de Jean-François Morasse, Me Maxime Roy, compte demander une peine d'emprisonnement, ce qui inquiète l'ex-porte-parole de la CLASSE. « On sait que le conflit a été polarisé, mais de voir qu'un étudiant a comme objectif de mettre un autre étudiant en prison, je trouve ça regrettable », a-t-il réagi vendredi matin.

« On peut débattre de la hausse des frais de scolarité, on peut débattre de la grève étudiante, on peut débattre de bien des choses, mais d'en être rendu à vouloir faire emprisonner quelqu'un qui était un porte-parole étudiant, c'est inquiétant et je trouve ça dommage », a-t-il ajouté.