NOUVELLES
27/09/2012 12:52 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Le dossier Armstrong, c'est pour quand ?

L'Union cycliste internationale (UCI) n'est pas tendre envers l'agence américaine antidopage (USADA), dont elle soupçonne le manque de sérieux dans le dossier Armstrong.

Au lendemain de la décision de l'USADA de repousser de deux semaines l'envoi du dossier de preuves sur Lance Armstrong confirmant sa culpabilité pour dopage, l'UCI sonne l'alarme.

« L'UCI a appris les reports de délais par les médias, et non par une communication officielle de l'USADA. Plus tôt, l'UCI recevra la décision et le dossier, plus vite elle pourra communiquer sa réponse », peut-on lire dans un communiqué cinglant de la fédération internationale, publié jeudi.

La décision de l'USADA de sanctionner Armstrong ne concerne que le territoire américain, l'UCI doit prendre connaissance du dossier pour entériner la décision et l'appliquer à l'échelle mondiale.

Le président de l'UCI se montre impatient et critique à l'endroit de l'agence américaine.

« L'UCI n'avait aucune raison de présumer qu'il n'existait pas de dossier complet, explique son directeur, Pat McQuaid, mais l'incapacité répétée de l'USADA à communiquer sa décision commence à nous préoccuper. »

« Cela fait plus d'un mois que l'USADA a sanctionné Lance Armstrong. Nous pensions que l'USADA s'était mieux préparée avant de lancer cette procédure », a souligné le dirigeant australien.

L'UCI relève que, « selon la presse, la remise de cette décision a été retardée parce que l'organisation continue de récolter des preuves et qu'elle doit encore compléter son dossier ».

« Il semble qu'il aurait été plus utile pour l'Usada d'employer le temps à sa disposition durant le Tour de France, les jeux Olympiques et les championnats du monde de route pour préparer un dossier complet plutôt que de faire des annonces », affirme l'UCI.

Armstrong a été radié à vie du sport de compétition par l'USADA, qui a invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998, dont ses sept victoires au Tour de France.

L'UCI attend toujours le dossier.