NOUVELLES
26/09/2012 04:28 EDT | Actualisé 25/11/2012 05:12 EST

Les spas, toujours aussi populaires

La popularité des spas ne se dément pas au Québec.

On retrouve en effet dans la province de plus en plus de ces bains thermaux, qui permettent de relaxer dans des pièces chaudes et sèches avant de s'immerger dans l'eau glacée.

« On pense depuis cinq ans que le marché est à son plus élevé, mais on en voit qui ouvrent partout, et puis ça marche. Il faut avoir un concept le fun, quelque chose de différent, mais tous les nouveaux spas qui ouvrent depuis les dernières années ça marche, ça réussit », indique Nathalie Émond, copropriétaire depuis 2010 du spa Botta Botta, situé dans le Vieux-Montréal sur un ancien traversier.

On peut toutefois se demander si cet engouement n'est qu'un effet de mode, ou s'il traduit vraiment une modification de la façon de vivre des Québécois. Les investisseurs optent quant à eux pour la deuxième réponse.

« Oui, c'est une mode, mais il y a un gros côté que c'est du rattrapage. Il y a des traditions européennes, japonaises, toutes les traditions nordiques, et là ce n'est pas une mode, c'est une façon de vivre », affirme Guillaume Lemoyne, copropriétaire du Strom Spa de l'île des Soeurs.

Quant à Nathalie Émond, elle pense que la pratique du spa devrait entrer dans de saines habitudes de vie. « Ça fait tellement de bien, on dirait que tout le stress est tombé », dit-elle.

Pour sa part, Benoit Duguay, professeur en sciences de la gestion de l'UQAM, a une vision beaucoup moins romantique de ce marketing du bien-être, qui s'inscrit dans une grande tendance qu'on appelle dans le jargon « la consommation expérientielle ».

« Moi, j'ai appelé ça le culte du moi, du "je". Je ne sais pas si vous vous souvenez [du slogan] de L'Oréal : "Parce que je le vaux bien". C'est la même chose ici. Je le mérite, j'ai travaillé fort. JE, je, je, je. [...] Pourquoi on en est rendus au tourisme expérientiel? C'est parce que l'on ne sait plus quoi acheter! », lance-t-il.

Pour les investisseurs, peu importe la raison pour laquelle les Québécois fréquentent les spas. Une seule chose est sûre, comme le dit si bien Nathalie Émond : « C'est bon pour les affaires! ».

D'après un reportage d'Émilie Dubreuil